Dérivés listés - Eurex toujours loin devant

le 02/04/2015 L'AGEFI Hebdo

Nouvelle donne

-Avec plus de 3 milliards de contrats échangés, le marché européen des dérivés listés est resté assez dynamique en 2014, bien qu’en baisse de 5 % par rapport à 2013 (3,17 milliards de contrats), selon cet observatoire réalisé avec le cabinet Equinox-Cognizant sur le base des statistiques boursières. La baisse touche les dérivés de taux (-20 % avec 888 millions de contrats), et les dérivés actions (-13 % avec 611 millions de contrats), tandis que les dérivés sur indices progressent (+19 % avec 1.017 millions de contrats) et les dérivés sur commodities stagnent (avec 512 millions de contrats).

-Dans ce contexte, Eurex apparaît très largement en tête sur les échanges de dérivés actions et indices sur actions, et  surprise, prend même le leadership sur les dérivés de taux d’intérêt, devant Liffe qui a beaucoup perdu sur les options sur taux. Avec 1,47 milliard de contrats traités en 2014, la filiale spécialisée de Deutsche Börse semble finalement profiter de la séparation entre Euronext, devenue indépendante de Nyse, et Liffe, sa filiale spécialisée dans les dérivés rachetée par ICE, et toujours deuxième en Europe avec près de 1 milliard de contrats traités. Vu le poids cumulé de ces trois acteurs, on comprend cependant que la Commission européenne ait interdit la fusion Deutsche Börse-Nyse Euronext-Liffe en février 2012. « L’année 2014 a marqué une nouvelle donne pour le marché européen des dérivés listés ; il sera désormais intéressant de voir si un rééquilibrage s’opère dès 2015 », note Géraud du Deschaux, senior manager chez Equinox-Cognizant.

Euronext à l’offensive

-Euronext a en effet dû repartir de zéro et obtient des positions encore modestes sur les dérivés actions, indices sur actions et commodities. « Cette Bourse n’est plus présente sur les dérivés de taux, poursuit le consultant. Mais elle a relancé une politique de développement ambitieuse sur les autres segments », avec beaucoup de nouveaux contrats à terme et d’options sur les actions et indices actions, ainsi que sur les matières premières (notamment le colza et les produits laitiers).

-ICE et le LME restent leaders sur les commodities. Lancée en 2013, OMX (Nasdaq) commence à se faire une petite place aussi et a annoncé insister sur les dérivés de taux. Cette année, il faudra peut-être également compter avec les arrivées du CME, leader aux Etats-Unis, qui a obtenu l’agrément pour lancer sa plate-forme spécialisée (changes et matières premières essentiellement) au Royaume-Uni, et avec Tom, plate-forme alternative (MTF) néerlandaise qui a commencé à prendre des parts sur le marché des dérivés aux Pays-Bas, où Euronext a lancé récemment une contre-offensive. Enfin, il faudra voir si l’entrée en vigueur de la régulation MIF II, qui limitera les échanges de gré à gré à certains types de dérivés complexes, fera encore bouger les lignes.

Classement des marchés européens sur dérivés listés en 2014

A lire aussi