Du réchauffé pour les surgelés

le 27/11/2014 L'AGEFI Hebdo

En 2001, Candover et Chevrillon rachetaient Picard pour 920 millions d’euros, dans l’objectif de faire croître à un milliard d’euros le chiffre d’affaires dans les trois ans avec, à la clé, un développement à l’international. Ce cap franchi, Picard serait « le candidat idéal à une introduction en Bourse », soulignait Cyrille Chevrillon. Quelque 13 ans et plusieurs LBO plus tard, le roi du surgelé se retrouve à nouveau à vendre, par Lion Capital, quatre ans après l’avoir racheté pour plus de 1,5 milliard d’euros à BC Partners. Une introduction en Bourse était envisagée mais les perturbations du marché semblent s’y opposer. Argument de vente du groupe aux acheteurs éventuels, l’internationalisation… Les qualités visionnaires des acteurs du LBO sont apparemment moins bonnes que leur persévérance.

A lire aussi