L'invité de L'Agefi... Cyril Louchtchay de Fleurian, director head of collateral management and securities financing products for ESES CSDs chez Euroclear

Les bases de la liquidité interbancaire se sécurisent

le 15/01/2015 L'AGEFI Hebdo

Le projet de place €GCPlus est sur les rails. Il permettra aux banques d’échanger du « collateral » standardisé.

Les bases de la liquidité interbancaire se sécurisent
Cyril Louchtchay de Fleurian, director head of collateral management and securities financing products for ESES CSDs chez Euroclear
(DR)

L’Europe s’est dotée depuis quelques mois d’un dispositif de liquidité interbancaire performant : porté à l’origine par la Banque de France et par l’alliance des infrastructures majeures de marché, le projet eGCPlus est désormais sur les rails. Les voies post-marché de traitement du « collateral » ayant été élargies, le refinancement interbancaire bénéficie aujourd’hui d’un débit potentiel considérablement amélioré.

L’instrument de refinancement post-crise. eGCPlus est un service tourné vers le marché monétaire interbancaire, permettant d’échanger, sous forme de repo, la liquidité contre un choix de deux paniers standardisés de titres de haute qualité. Les transactions sont réalisées d’une manière anonyme via plusieurs plates-formes de trading électronique, face à LCH.Clearnet SA, la contrepartie centrale qui porte et centralise le risque crédit ; la sécurisation de la CCP apporte une optimisation du netting, une moindre consommation de capital associée à une réduction des risques. La gestion opérationnelle de la transaction est assurée en temps réel sous format tripartite par Euroclear, le dépositaire central de titres : valorisation du « collateral », gestion des appels de marge et des substitutions, optimisation de l’utilisation des titres, de la liquidité et du pouvoir d’achat connexe.

La force du dispositif s’enracine dans la qualité des paniers de titres utilisés en garantie du prêt de cash : le premier panier est « LCR equivalent », soit conforme aux exigences réglementaires du ratio éponyme ; le second est constitué de titres éligibles BCE (classes L1A à L1D, dont les émetteurs sont au moins notés BBB-). Le deuxième avantage d’eGCPlus relève de son caractère « interopérable » : les participants ont la possibilité de mobiliser du « collateral » et/ou des liquidités en faveur de contreparties domestiques en ESES (Euroclear Settlement of Euronext-zone Securities) ou à l’international en Euroclear Bank. Le troisième élément décisif donne la possibilité de réutiliser le « collateral » obtenu en banque centrale ou en triparty OTC (plus de 500 milliards d’euros d’encours en Euroclear) à des fins de refinancement ou de trading ; cette capacité de réutilisation est synonyme de mobilité du « collateral » et donc d’efficience.

Par sa connexion à la « monnaie banque centrale », eGCPlus est un ancrage institutionnel fort au sein du dispositif de gestion du « collateral » du Groupe Euroclear. Celui-ci, baptisé Collateral Highway, permet de « sourcer » le « collateral » des intervenants au niveau mondial et de le mobiliser contre de la liquidité dans un pur esprit « time to cash = zéro » (principe consistant à limiter au maximum le temps d’accès à la liquidité).

La courroie de transmission de la politique monétaire de la BCE. Même si les premiers TLTRO (targeted longer-term refinancing operations) n’ont pas donné toute la mesure du potentiel du dispositif de la BCE en termes de liquidité, eGCPlus apparaît comme l’instrument le plus adapté aux transferts de liquidité des banques du nord de l’Europe – longues de liquidité – vers celles du sud, plus contraintes dans leur accès à la liquidité centrale. eGCPlus possède toutes les caractéristiques pour se positionner comme le marché secondaire de la liquidité centrale, comme l’outil de « défragmentation » géographique de cette liquidité. 

Le lancement d’eGCPlus intervient au moment où la BCE a par ailleurs pris ses fonctions de superviseur dans le cadre du SSM (mécanisme de supervision bancaire), lui permettant de contrôler directement les 120 plus grandes banques européennes, soit 85 % des actifs bancaires de l’Union économique et monétaire ; précisément les établissements candidats à l’utilisation d'eGCPlus. Cette supervision renforcée va permettre à la BCE de mieux gérer la « fongibilité » de la liquidité : par exemple, en levant certaines interdictions de circulation de la liquidité au sein de l’Union européenne, la BCE va favoriser le financement intragroupe, contraint par les superviseurs nationaux en décembre 2011, soucieux de protéger « leurs propres banques domestiques » du risque systémique. Les banques l’ont bien compris et projettent d’utiliser eGCPlus comme le modèle ad hoc pour faire circuler titres et cash entre trésorerie et filiales.

Ainsi, l’intérêt du modèle économique d’eGCPlus réside dans le triptyque Liquidité-Sécurité-Connectivité ; la rentabilité reste aussi attractive, au moment où les taux négatifs sur le marché monétaire rendent l’accès aux sources traditionnelles de marges plus incertain.

Un triptyque Liquidité-Sécurité-Connectivité

A lire aussi