Témoignage : Eric Brun, 52 ans, fondateur de Sprezzatura

« Sans être une star, je gagnais huit fois le Smic »

le 04/04/2019 L'AGEFI Hebdo

Éric Brun, 52 ans, fondateur de Sprezzatura (entreprise de formation)

J’ai aimé les mathématiques et j’ai vu les sciences comme un moyen d’accéder à une vérité. C’est pourquoi j’ai étudié l’actuariat mathématiques pour les assurances, ce qui m’a mené à la finance de marché. J’y suis resté dix ans, dont sept dans l’arbitrage d’obligations convertibles. J’y jouissais d’un confort matériel auquel il est difficile de renoncer. Sans être une star, je gagnais huit fois le Smic. J’appréciais l’excitation ludique des salles des marchés. Mais je devenais de plus en plus critique par rapport à cet écosystème. Il m’a fallu choisir : soit y rester, et l’accepter, soit tourner la page. A l’issue d’une semaine de réflexion, j’ai décidé de me lancer dans l’écriture théâtrale. La décision que j’ai prise m’a libéré. Avec le recul, je pense que c’était inéluctable car j’étais devenu incapable de me concentrer sur mon métier, tant il avait cessé de m’intéresser. Aujourd’hui, je suis très heureux de mon choix : j’écris encore mais je vis de la formation. J’ai lancé mon entreprise, Sprezzatura, qui restaure les arts de la mémoire tels qu’ils étaient pratiqués dans la Grèce antique et enseigne comment prononcer des discours sans notes ni Powerpoint. J’accompagne des dirigeants pour les rendre plus charismatiques. Alors que mes études n’étaient pas du tout littéraires, j’ai trouvé ma voie dans le travail de la rhétorique.

A lire aussi