Rencontre avec Valérie Bourmeau, directrice de la gestion et du développement des dirigeants et des potentiels du groupe BPCE

« Une communauté partageant une même vision stratégique »

le 21/02/2019 L'AGEFI Hebdo

 Valérie Bourmeau, directrice de la gestion et du développement des dirigeants et des potentiels du groupe BPCE

Comment définissez-vous un « haut potentiel » ?

Il se distingue par une capacité à intégrer et à appréhender des environnements complexes. Ce sont souvent des personnes qui évoluent rapidement et expriment leur ambition. D’après les benchmarks externes, seulement 2 % des collaborateurs d’une entreprise peuvent être rangés dans cette catégorie.

Comment les détectez-vous ?

Nous avons mis en place des revues de personnel avec nos maisons mères, nos filiales et également en interne au sein de BPCE SA. Ce processus permet d’identifier de façon collective les collaborateurs de talent qui pourront être présentés pour participer aux différents programmes du groupe. Les collaborateurs pressentis doivent en effet passer avec succès un assessment pour intégrer notre Advanced Management Program [AMP].

Comment celui-ci est-il structuré ?

Les participants suivent pendant douze mois un programme composé de sessions de trois à quatre jours par mois où se mêlent apports académiques, témoignages d’entreprises innovantes et interventions de dirigeants. Ils travaillent également à la réalisation de projets stratégiques sur les enjeux de transformation du groupe. Un dispositif de développement personnel les accompagne dans leur réflexion sur leur trajectoire de carrière. Un voyage d’études est également organisé et le programme se termine par des soutenances sur les travaux effectués.

Quelles sont les vertus de ce dispositif ?

L’AMP nous permet d’abord de constituer une communauté de talents qui partagent des valeurs communes et une même vision stratégique. Il constitue aussi un levier de fidélisation d’une population susceptible de prendre, à court ou moyen terme, davantage de responsabilités dans le groupe. Et si le programme n’est pas un prérequis pour accéder à des fonctions dirigeantes, il contribue de manière significative à nourrir nos plans de succession et à alimenter notre vivier de futurs numéros un.

A lire aussi