Laetitia Léonard-Reuter, Generali France

le 31/01/2019 L'AGEFI Hebdo

Directeur financier. 43 ans, HEC, Université de Saint-Gall, IHEE.

Laetitia Léonard-Reuter - Directrice financière - Generali France

 

43 ans, HEC, université de Saint-Gall, IHEE.

Elle a aujourd’hui le sentiment d’être au bon endroit, au bon moment. « J’arrive à un tournant particulier de l’histoire du groupe, explique Laetitia Léonard-Reuter, directrice financière et membre du comité exécutif de Generali France depuis novembre dernier. Après une phase de redressement financier, puis d’amélioration de la profitabilité, s’ouvre un nouveau chapitre de conquête business ».

L’innovation et la digitalisation sont au cœur du plan « Excellence 2022 » de l’assureur. La nouvelle DAF, qui fait partie du comité de pilotage de la transformation, est chargée d’accompagner ce plan dans l’Hexagone : « La direction financière va se tourner vers les métiers, avec à la fois un rôle d’impulsion et de garde-fou dans le pilotage des investissements », soutient-elle. Autre volet de sa feuille de route : la rénovation de la fonction finance elle-même, en grande partie dictée par la législation (Solvabilité 2, IFRS 17).

Curieuse et soucieuse de ne se fermer aucune porte, cette diplômée d’HEC, de l’Université de Saint-Gall (Suisse) et de l’Institut des hautes études de l’entreprise (IHEE) s’est finalement tournée vers la finance par goût pour la complexité. Et a entamé son parcours en 2000, en pleine bulle Internet, comme analyste en fusions-acquisitions chez JPMorgan Chase, dans le secteur des télécommunications, des médias et des technologies : « Une période intense marquée par une frénésie de transactions sur le M&A, et très formatrice », reconnaît-elle.

Trois ans plus tard, elle rejoint le siège d'Axa en tant que chargée d’affaires corporate finance. « Le groupe faisait beaucoup d’acquisitions à l’époque et je voulais intégrer une entreprise pour laquelle j’allais œuvrer utilement. » En 2006, elle devient responsable du capital management« devenu un sujet majeur » pour « l'assureur » –, et exerce également les fonctions de responsable middle-back office et de chief risk officer d’Axa SA.

Laetitia Léonard-Reuter sait « sentir le vent » et saisir les opportunités qui, in fine, lui permettront de donner de la profondeur à son métier. Promue directrice financière d’Axa Global P&C, entité dédiée aux activités de dommages et de réassurance dommages en 2014, elle se frotte un temps à la direction marketing et services d’Axa Entreprises. Puis, attirée par l’analytics, se positionne sur le poste émergeant de chief data officer (CDO) pour la France, afin de s’atteler à « la connaissance à 360° du client ».

Défricher de nouveaux territoires et « être là où ça se passe » sont ses moteurs. Mais l’assurance – métier qui fait sens à ses yeux – est devenue son port d’attache, assure-t-elle. Grâce à l’apport des nouvelles technologies – dématérialisation, RPA (robotic process automation)… – la nouvelle directrice financière de Generali France entend se focaliser sur des activités à valeur ajoutée. Elle voit la fonction finance comme « une tour de contrôle, dotée d’une vision à 360° du développement des affaires ». Et milite pour « une finance utile, située non pas en bout de chaîne », mais « en amont des processus, pour les orienter ».

« Initialement très ancré dans l’expertise technique, le DAF, dit-elle, doit s’ouvrir sur les enjeux business et de transformation. Il lui faut acquérir une vision stratégique de plus en plus détaillée de l’entreprise, savoir développer les compétences de ses collaborateurs et avoir une appétence pour les technologies. » Moyennant quoi il peut, comme elle, endosser son rôle d’« architecte de la performance ».

A lire aussi