La parole à Pierre-Henri Havrin, directeur des ressources humaines de Nickel

« Nous avons mis en place une politique active de formation, de mobilité et de promotion interne »

le 07/06/2018 L'AGEFI Hebdo

Pierre-Henri Havrin, directeur des ressources humaines de Nickel

 

Comment s’articule votre politique de recrutement ?

Nous sommes 250 collaborateurs aujourd’hui – deux fois plus qu’en 2017 ! – et nous souhaitons recruter 100 nouveaux collaborateurs d’ici à la fin de l’année. Nous recherchons des spécialistes de la relation clients, des commerciaux, des informaticiens, des experts de la data science mais aussi de la conformité, du marketing, des ressources humaines, de la finance, des risques… Pour trouver des candidats, nous avons noué des partenariats écoles, nous utilisons plusieurs « jobboards », notre site institutionnel où figurent toutes nos offres et, enfin, recourons à des cabinets de recrutement et à des cabinets de chasseurs de têtes spécialisés (notamment à Nantes où travaillent les équipes dédiées à la relation clients, à l’informatique et à la conformité).

Quels profils de candidats recherchez-vous ?

Nous recruterons sur l’ensemble de nos métiers, à Charenton (94) et à Nantes, sur une grande variété de profils, jeunes diplômés et expérimentés. Pour la relation clients, nous recrutons dès le niveau bac. Dans l’informatique, nous cherchons des développeurs de niveau bac+3 à bac+5. Nous avons aussi besoin de managers confirmés sur tous nos métiers (comme la lutte anti-blanchiment par exemple). Nous parvenons à attirer des candidats de talent, notamment grâce à la bonne image de marque de notre offre et au dynamisme de notre structure.

Quelles sont vos autres priorités en tant que directeur des ressources humaines de Nickel ?

J’ai rejoint Nickel en février dernier après un parcours de plusieurs années chez BNP Paribas, car la création d’un poste de DRH au sein d’une telle structure et les missions à mener m’avaient emballé. Nous sommes en train de structurer notre politique RH et notre statut social. Nous venons de signer un accord sur l’aménagement du temps de travail, et une négociation sur le télétravail vient de s’ouvrir. Par ailleurs, nous avons mis en place une politique active de formation, de mobilité et de promotion interne, afin de donner des perspectives aux collaborateurs. D’un point de vue social, nous avons un comité d’entreprise, une délégation du personnel et un CHSCT. Nous cherchons à garder notre ADN de « start-up » tout en commençant à avoir les attributs d’une grande PME !

 

A lire aussi