L'avis de… Lionel Tixier, responsable du master 2 gestion de patrimoine de l'université d'Auvergne

« Les recrutements des cabinets ciblent de jeunes banquiers privés »

le 05/01/2017 L'AGEFI Hebdo

Quels sont les débouchés pour vos étudiants à la sortie du master 2 gestion de patrimoine ?

De 70 % à 80 % de nos diplômés commencent leur carrière dans la banque privée. Rares sont ceux qui font le choix d’intégrer immédiatement un cabinet de CGP (conseillers en gestion de patrimoine). Il s’agit en général de profils qui se distinguent par un degré de maturité plus important, et un potentiel commercial déjà avéré.

Comment expliquez-vous ce peu d’appétence pour les cabinets de CGP ?

D’une part, il y a un problème de salaire à l’embauche. Quand les banques privées offrent à nos jeunes diplômés des rémunérations autour de 40.000 euros brut annuels, les cabinets de CGP proposent en général des salaires fixes entre 28.000 et 32.000 euros annuels, auxquels vient s’ajouter une partie variable. D’autre part, les cabinets de CGP n’ont pas les moyens d’investir sur des jeunes diplômés qui mettront entre 24 et 36 mois pour affirmer leur potentiel commercial et devenir « rentables ». L’essentiel des recrutements des cabinets se concentre donc sur de jeunes banquiers privés, qui ont déjà trois ou quatre années d’expérience, et qui ont la particularité d’être immédiatement opérationnels. Pour ces profils, les rémunérations proposées oscillent entre 50.000 et 60.000 euros annuels, en intégrant la partie variable.

A lire aussi