Rencontre avec… Jacques Léonard, responsable du projet « flex office »/télétravail chez BNP Paribas

« D’ici fin 2017, 4.000 collaborateurs travailleront en ’flex office’ »

le 20/10/2016 L'AGEFI Hebdo

  Comment définiriez-vous le « flex office » ?

On a souvent tendance à définir ce modèle de bureau en l’associant à la perte du poste de travail attribué, je trouve cela réducteur. En réalité, il s’agit d’espaces de travail en harmonie avec les usages actuels des collaborateurs. Chez BNP Paribas, au sein des fonctions centrales, en moyenne 50 % des travaux sont collectifs et 50 % sont des tâches individuelles. Nous avons donc souhaité réfléchir aux modes et environnements de travail, dans une démarche, participative avec les collaborateurs et concertée avec les représentants du personnel, afin de trouver le juste équilibre entre des lieux individuels et d’autres plus collaboratifs. Avec le « flex office », les salariés bénéficieront d’une grande variété d’espaces, au lieu d’un seul poste dédié auparavant.

Où en est l’expérimentation du « flex office » au sein de BNP Paribas ?

Cette expérimentation s’est achevée fin juin 2016. Elle a concerné 600 personnes (dont 400 collaborateurs internes) sur trois sites aux architectures très différentes : le boulevard Poissonnière à Paris, Montreuil (immeuble Valmy 2) et au sein du quartier Claude Bernard (immeuble Coppola) dans le 19e arrondissement. Nous avons aussi testé le télétravail 1 à 2 jours par semaine avec une partie de ces salariés (plus de 50 % de télétravailleurs sur les trois sites) car chez BNP Paribas, nous avons choisi de combiner le « flex office » et le télétravail. Concernant le premier, le taux de satisfaction est supérieur à 80 %. Il atteint près de 100 % pour le télétravail !

Comment ce modèle va-t-il se déployer prochainement ?

D’ici fin mars 2017, 2.000 collaborateurs passeront au « flex office », puis 2.000 autres aux troisième et quatrième trimestres 2017, avec la possibilité d’opter pour le télétravail. Les sites concernés sont principalement sur le campus de Montreuil et dans le Nord Est de Paris. Par ailleurs, certaines filiales importantes du groupe mènent des études et réflexions dans ce sens. BNP Paribas Personal Finance s’est d’ailleurs installé dans cette configuration en juillet dernier à Levallois (2.500 personnes).

Des réflexions sont-elles menées en ce qui concerne les salariés du réseau d’agences ?

Le second accord sur le télétravail que nous avons signé en juin 2016 concerne essentiellement les collaborateurs des fonctions centrales. Il n’y a pas, à ce stade, de réflexions menées à propos des collaborateurs directement en contact avec les clients.

Sur le même sujet

A lire aussi