Les rémunérations, un sujet tabou

le 30/09/2010 L'AGEFI Hebdo

Difficile de trouver en Espagne des informations précises sur les revenus des professionnels de la finance, beaucoup moins scrutés par des organismes indépendants que ceux de leurs collègues de la City. Une culture latine achève de renforcer la discrétion. « Les banques maintiennent surtout l’opacité pour éviter les débauchages mais elles s’ouvrent peu à peu », affirme José Ramon Pin, professeur de ressources humaines à l’IESE Business School. Sur la base de ses propres études, la société de conseil en ressources humaines Penna a néanmoins dressé une grille de rémunération du secteur. Un analyste en corporate finance de deux ou trois ans d’expérience gagne un salaire fixe annuel situé entre 30.000 et 45.000 euros avec 10 % à 20 % de variable. Un managing director dans ce même métier peut prétendre à un salaire fixe situé entre 150.000 et 250.000 euros, avec une part variable allant jusqu’à 150 % de ce montant. Dans les métiers du risque, un analyste junior gagne entre 35.000 et 45.000 euros, avec un variable de 15 % à 30 %, et un directeur entre 60.000 et 100.000 euros de salaire fixe, avec 60 % à 80 % de variable. A Madrid, il est « plus rare qu’à Londres de rencontrer un financier gagnant au-delà de 140.000 euros par an », fait remarquer Juan Torroba, du cabinet de chasse de têtes ATB Partners.

A lire aussi