L’avis de… Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités*

Des inégalités de salaires insupportables dans la finance

le 26/11/2009 L'AGEFI Hebdo

Que peut-on dire des inégalités de salaires dans la finance ?

Elles sont démultipliées, notamment parce que les éléments variables de rémunération peuvent atteindre des niveaux considérables. Mais nous sommes mal outillés en France pour évaluer en détail ces inégalités. La statistique publique est pleine de trous noirs, on ne connaît pas grand-chose des fiches de paie les plus élevées... Plusieurs travaux exploratoires montrent cependant une forte élévation tout en haut de l’échelle. En dix ans, les 0,1 % les mieux rémunérés, tous secteurs confondus, ont vu leur salaire mensuel brut progresser de 5.426 euros, après inflation.

Comment les salariés réagissent-ils ?

Les inégalités de traitements leur deviennent insupportables dans un contexte général où l’on a le sentiment que les responsables de la crise n’en subissent, eux, aucune conséquence. La rupture d’équité ne passe pas en France. C’est une perte de sens qui peut se répercuter au quotidien dans l’investissement, dans la qualité de vie au travail. Même si les salariés de banques bénéficient de conventions collectives avantageuses, cela leur importe moins que ce qu’ils peuvent espérer sur le plan de leurs salaires.

*Organisme indépendant d’information et d’analyse  sur les inégalités

A lire aussi