Témoignage Isabelle Seillier, président de JPMorgan en France

« A compétences égales, c’est la femme qui doit être recrutée »

le 17/12/2009 L'AGEFI Hebdo

« Depuis que j’ai des responsabilités, être une femme est plutôt un avantage. Sur 211 personnes chez JPMorgan à Paris, 45 % sont des femmes. Nous sommes différentes : nous avançons, nous sommes dans l’action, nous ne perdons pas de temps, nous sommes bien ancrées dans le réel. Mais dans certains métiers de la finance, les parcours sont compliqués à mener pour les femmes. Si la banque privée, la gestion d’actifs et la banque commerciale peuvent permettre de concilier la vie familiale et un poste à responsabilités, c’est beaucoup plus dur en banque d’affaires, en partie à cause des horaires. Les opérations se préparent souvent la nuit et le week-end, et sont difficiles à anticiper. Pour parvenir à un équilibre de vie lorsqu’on est une dirigeante au sein de la sphère financière, il faut être bien entourée, passionnée, très bien organisée et toujours se réinventer ! Sur la question des quotas, si on ne les lie pas à la performance, ce sera une catastrophe en termes de crédibilité. Il faut plutôt se dire qu’à compétences égales entre un homme et une femme en lice pour un poste de responsable, c’est la femme qui doit être recrutée. Chez JPMorgan, je suis moi-même vigilante au respect de ce principe. »

A lire aussi