La chronique de l'actualité

Air France pris entre le marteau de coûts salariaux et l'enclume des redevances

le 19/03/2018

Guillaume Bayre

Avec une hausse de 6% du nombre passagers prévue cette année, l’industrie mondiale du transport aérien est en pleine forme. Air France-KLM est sur le papier bien placé pour en tirer parti, vu l'envergure de son réseau - le plus étendu entre l'Europe et le reste du monde. Le nombre de passagers transportés par le groupe franco-néerlandais augmente d'ailleurs de mois en mois et l'opérateur peut se montrer ambitieux pour la saison estivale, où il prévoit d'ouvrir 78 liaisons supplémentaires.

Et pourtant, depuis le début de l'année Air France KLM a vu sa capitalisation amputée de près d'un tiers : c'est l'une des plus fortes baisses de la Bourse de Paris.

La première explication, elle s'illustre par l'appel à la grève chez Air France vendredi. Les syndicats demandent une augmentation générale des salaires de 6% de la filiale française. Une revendication irréaliste selon la direction. L'inflation des coûts salariaux qui en résulterait engloutirait 40% du résultat opérationnel.

Alourdie par des cotisations sociales -qui sont à un taux disproportionné par rapport à n'importe quel concurrent étranger- cette pression salariale plombe la rentabilité opérationnelle du pavillon tricolore : seulement 3,7% en 2017. A titre d'exemple, sa jumelle KLM, est proche de la moyenne des concurrents avec une rentabilité de 8,8%.

L'ébauche d'une privatisation d'Aéroports de Paris, attendue dans la prochaine loi "Pacte", met en exergue une autre contrainte propre à Air France : la dépendance envers un unique opérateur privé pour sa principale plate-forme d'exploitation. Avec 900 millions d'euros l'an dernier reversés notamment au travers des redevances aéroportuaires, la compagnie est le principal pourvoyeur de revenus d'ADP, qui lui est hautement rentable. Si l'Etat ne veille pas à rééquilibrer cette relation, l'amélioration de la compétitivité d'Air France restera un vœu pieux.

Sur le même sujet

A lire aussi