Deezer améliore sa rentabilité, sur fond de baisse du nombre d'abonnés

le 21/09/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

La plateforme de streaming musical Deezer
((RK))

Deezer s'efforce de remonter la pente. Le groupe tricolore de streaming musical affiche des résultats encourageants pour le premier semestre, durant lequel il a amélioré sa rentabilité. Il a réalisé un chiffre d'affaires de 219,4 millions d'euros, en hausse de 12,1% par rapport au premier semestre 2021, selon ses derniers résultats financiers consolidés, clos au 30 juin 2022, pour une marge brute ajustée de 45,4 millions d'euros (+9,1%). Il a enregistré un Ebitda ajusté de 24,6 millions d'euros, en amélioration de 4,6 millions d'euros en un an, et une perte nette ramenée à 51,9 millions d'euros au premier semestre 2021. 

En outre, le groupe a confirmé ses objectifs pour cette année 2022. Il vise toujours un chiffre d’affaires de 455 millions d’euros, en progression organique de 14% sur un an. 

«La nouvelle stratégie de Deezer permet d’enregistrer une amélioration de la rentabilité et une croissance à deux chiffres. Ceci a été rendu possible par la forte augmentation du nombre d'abonnés en France, l'amélioration de l'ARPU sur les marchés internationaux liée au recentrage de nos priorités stratégiques, et une gestion stricte de nos coûts», a indiqué Jeronimo Folgueira, directeur général de Deezer, lors d'une conférence téléphonique avec quelques journalistes.

Baisse du nombre d'abonnés

Le bilan est plus mitigé du côté des abonnés: leur nombre total a légèrement diminué, à 9,4 millions au 30 juin 2022, enregistrant une baisse de 2,9% en un an. Malgré une remontée en France, qui compte 3,3 millions d'abonnés, en hausse de 10,7% en un an. 

Surtout, la direction de Deezer a admis être «déçue» par les premières semaines de cotation de Deezer. Depuis son entrée à Euronext Paris le 5 juillet dernier via la fusion avec un véhicule d'investissement coté (Spac) I2PO, il a perdu 43% de sa valeur initiale, avec désormais une valorisation de 386 millions d'euros. Un niveau bien éloigné de celui de 2015, où il avait un statut de licorne, avec une valorisation alors supérieure à un milliard d'euros.

Sur le même sujet

A lire aussi