Schneider, Legrand et Rexel soupçonnés d'entente sur les prix en France

le 06/07/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Les trois entreprises ont reçu une notification de griefs de l'Autorité de la concurrence.

Schneider, Legrand et Rexel soupçonnés d'entente sur les prix en France
(Photo : Capa Pictures / Pierre Olivier)

Les spécialistes des infrastructures électriques Schneider Electric et Legrand, ainsi que leur distributeur Rexel, ont annoncé mardi soir avoir reçu lundi une notification de griefs de la part de l'Autorité de la concurrence portant sur une entente sur les prix de vente sur le marché français. Cette notification de griefs porte sur «un mécanisme de pratiques de prix imposés aux distributeurs de matériel électrique. C'est une pratique qui a duré plus de dix ans», a précisé mercredi matin Stanislas Martin, rapporteur général de l'Autorité de la concurrence, lors de la présentation du rapport annuel de celle-ci. Cette notification fait suite à la publication, en 2018, d'un article de Mediapart qui révélait l'affaire, ainsi que d'un signalement par l'Agence française anticorruption

Schneider Electric «conteste fermement les allégations de la notification des griefs» et «soumettra sa réponse à l'Autorité de la concurrence en temps utile», a indiqué le groupe dans un communiqué.

Legrand «confirme son attachement au strict respect de la législation en vigueur» et «entend exercer pleinement ses droits dans le cadre de la procédure contradictoire qui s'ouvre», a affirmé le fabricant de matériel électrique dans un communiqué distinct.

De son côté, Rexel a précisé que «la notification de griefs vis[ait] spécifiquement le mécanisme des dérogations, qui est une réduction de prix visant à offrir aux clients l'offre la plus compétitive». Selon le distributeur, le mécanisme des dérogations, «transparent et connu de tous les acteurs du marché, est une pratique habituelle dans le monde de la distribution professionnelle de matériel électrique». Face à ces accusations, Rexel a assuré veiller «en permanence à se conformer rigoureusement aux lois et règlements en vigueur».

A l'instar de Schneider Electric et de Legrand, Rexel compte faire «valoir sa position et ses droits dans le cadre de cette procédure».

«Cette notification des griefs constitue la première étape d'une procédure contradictoire et ne préjuge en rien de la décision finale qui sera prononcée de manière indépendante par le Collège de l'Autorité de la concurrence», a ajouté Schneider Electric dans son communiqué.

Sur le même sujet

A lire aussi