L’Europe pourrait résilier son accord avec Valneva, l’action plonge de 20%

le 16/05/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

La biotech est de nouveau sanctionnée en Bourse alors que la Commission européenne a annoncé son intention de résilier l'accord portant sur 60 millions de doses de son vaccin contre le Covid-19.

Vaccin contre le Covid mis au point par le laboratoire spécialisé Valnena
L’action Valneva plonge de 60% depuis le début de l’année.
(Crédit Valneva.)

L'action Valneva chute de 20% lundi, à 9,5 euros, après que la société de biotechnologie a annoncé avoir reçu de la Commission européenne un avis d'intention de résiliation de l'accord de fourniture de son candidat vaccin inactivé à virus entier contre le Covid-19, VLA2001.

Valneva avait annoncé en novembre avoir signé un accord d'achat anticipé avec la Commission européenne pour la fourniture d'un maximum de 60 millions de doses de son vaccin contre le Covid-19.

«Le contrat donne à la Commission européenne le droit d'y mettre fin si VLA2001 n'a pas reçu une autorisation de mise sur le marché de l'Agence européenne des médicaments au plus tard le 30 avril 2022», a indiqué Valneva dans un communiqué envoyé lundi. «Selon les termes du contrat, Valneva dispose de 30 jours à compter du 13 mai 2022 pour obtenir une autorisation de mise sur le marché ou pour proposer un plan permettant de remédier à la situation de façon acceptable», a ajouté la biotech.

Au début du mois de mai, à l'occasion de la publication de ses résultats de l'exercie 2021, Valneva avait annoncé avoir répondu aux dernières questions formulées par le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'Agence européenne des médicaments, suite à l'évaluation initiale de VLA2001. «Si le CHMP accepte ces réponses, la société pourrait obtenir une autorisation de mise sur le marché conditionnelle au cours de ce trimestre», avait alors commenté la biotech.

Vers un avertissement sur chiffre d'affaires ?

Lundi, Valneva assure «travailler de concert avec la Commission européenne et les Etats membres participant à l'accord pour convenir d'un tel plan et mettre VLA2001 à la disposition des Etats membres qui souhaitent toujours obtenir le vaccin».

Selon Invest Securities, il est «très probable» que la Commission européenne décide de rompre son contrat avec Valneva. Dans ce cas, la biotech ne serait pas tenue de restituer les acomptes reçus, car elle a dépensé ou engagé la totalité du montant de ces acomptes et le contrat n'exige pas le remboursement de ces paiements dans ce cas.

Mais, à l'issue des discussions avec Bruxelles et les Etats membres concernés, «Valneva reconsidérera ses prévisions financières pour l'exercice 2022», a prévenu la société. Pour l'exercice en cours, Valneva prévoit pour l'heure un chiffre d'affaires compris entre 430 et 590 millions d'euros, contre 348,1 millions d'euros en 2021.

Dans un autre communiqué envoyé lundi, Valneva a, par ailleurs, annoncé que les Emirats arabes unis avaient accordé une autorisation pour l'utilisation d'urgence de son vaccin VLA2001. «Cette autorisation fait suite à l'autorisation conditionnelle de mise sur le marché au Royaume-Uni accordée le mois dernier par l'agence de santé britannique, et à l'autorisation pour l'utilisation d'urgence du vaccin accordée par l'agence de santé bahreïnie, en mars 2022», a rappelé Valneva.

Sur le même sujet

A lire aussi