EDF demande à l'Etat de revenir sur l'augmentation du plafond de l'Arenh en 2022

le 12/05/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Les mesures prises par le gouvernement pourraient coûter plus de 10 milliards d'euros à EDF cette année.

L'Etat français est actionnaire à 83,7% d’EDF
L’action EDF recule de 15% depuis le début de l’année.
(RK.)

EDF a indiqué jeudi avoir demandé à l'Etat le retrait des textes obligeant le groupe à vendre davantage d'électricité à bas coûts à ses concurrents en 2022.

«Au vu de ces textes, je viens d'adresser à l'Etat un recours gracieux pour en demander le retrait. Tant le prix que les conditions de ces attributions pénalisent considérablement le groupe», a souligné le président-directeur général d'EDF, Jean-Bernard Lévy, lors de l'assemblée générale du groupe.

EDF a précisé dans une réponse à une question écrite d'actionnaire qu'il se réservait la possibilité de saisir les juridictions administratives compétentes afin de faire valoir ses droits.

10 milliards d'euros

Pour limiter la hausse des tarifs de l'électricité pour les ménages, le gouvernement a demandé à EDF de vendre davantage d'électricité nucléaire à prix réduit à ses concurrents, dans le cadre du dispositif de l'Arenh (accès régulé à l'électricité nucléaire historique). Un décret publié à la mi-mars relève ainsi le plafond de l'Arenh de 100 térawatt-heures (TWh) à 120 TWh pour l'année en cours.

Forcé de racheter les volumes cédés à des prix nettement plus élevés sur les marchés, EDF a évalué l'impact de cette mesure sur son excédent brut d'exploitation à plus de 10 milliards d'euros en 2022.

Sur le même sujet

A lire aussi