La retraite de Russie de Renault constitue un mal nécessaire

le 25/03/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

En dépréciant totalement ses actifs russes, le constructeur se prépare à un abandon, déjà intégré par les investisseurs. Mais le groupe perdrait l’un de ses moteurs de profits

Usine automobile AvtoVAZ OAO, à Izhevsk, en Russie, montage Lada (+ grande marque en Russie) Vesta, Renault 1er actionnaire d’AvtoVAZ
Le groupe au losange n’exclut pas de se séparer de ses 68% du russe Avtovaz, dont la part de marché dans le pays est de près de 21%.
(2016 Bloomberg Finance LP)
La pression était devenue trop forte pour que Renault maintienne le statu quo. Peu disert sur ses intentions en Russie depuis le début de la guerre en Ukraine, le constructeur automobile a ouvert, mercredi soir, la voie à une sortie du pays....

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi