Le patron du FC Nantes veut toucher le jackpot avec Vivacy

le 14/12/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Exclusif – Waldemar Kita travaille avec BNP Paribas pour céder son laboratoire spécialisé dans la conception de produits à base d’acide hyaluronique.

Les actions de clubs de football sont peu prisées des gérants
(Crédit Phillip Kofler / Pixabay)

Le président du FC Nantes, Waldemar Kita, pourrait bientôt voir sa fortune personnelle exploser. L’homme d’affaires cherche en effet à céder le contrôle de Vivacy, le laboratoire spécialisé dans la conception de produits à base d’acide hyaluronique qu’il a créé quatorze ans plus tôt avec des anciens de Cornéal (racheté par Allergan en 2006 pour 170 millions d’euros). Selon les informations réunies par L’Agefi, il a confié un mandat de cession à BNP Paribas pour parvenir à ses fins. Objectif : atteindre un prix d’un milliard d’euros.

Une valorisation astronomique si l’on se réfère aux fondamentaux de la pépite aujourd’hui dirigée par Michel Cheron. Celle-ci afficherait un Ebitda ajusté de quelque 40 millions d’euros, selon nos sources. Mais à ce jour, personne ne semble prêt à débourser cette somme rondelette.

Bain Capital, Eurazeo…

Plusieurs grands fonds de private equity sont pourtant engagés dans l’enchère, à commencer par Bain Capital. Le candidat malheureux au rachat d’Equans fait la course en tête, avec une offre qui serait évaluée à près de 850 millions d’euros, a appris L’Agefi. Il serait suivi par le britannique Cinven, dont la proposition ne dépasserait pas 750 millions d’euros. Enfin, le hongkongais Baring Private Equity Asia – notamment actionnaire de World Freight Company aux côtés de PAI Partners – aurait été repêché par BNP Paribas, en dépit d’un premier jet décevant. Eurazeo, avec une offre à 700 millions d’euros, aurait pour sa part jeté l’éponge. Contactée, la société d’investissement cotée n’a pas souhaité commenter. «Des acquéreurs stratégiques asiatiques se sont aussi penchés sur le dossier, mais Bercy est extrêmement sensible à ce type de rapprochement et serait probablement intervenu», souligne un proche du dossier.

Pour certains, la gourmandise de Waldemar Kita ne passe pas. La concentration du chiffre d’affaires de Vivacy sur quelques produits freine certaines ardeurs. Le groupe est notamment connu pour proposer une ligne de soins dermo-cosmétiques, de soins anti-âges, de sérum anti-rides et des eaux de toilette. Il est l’un des pionniers de l’utilisation d’acide hyaluronique, dont il se fournit auprès notamment du français HTL Biotechnology – racheté 1,2 milliard d’euros par Montagu, le mois dernier. A ce titre, une partie de ses produits injectables sont utilisés par des professionnels de la santé, que ce soit dans le cadre de corrections esthétique ou de pénoplastie.

Enquête du PNF

L’homme d’affaires d’origine polonaise, nommé dans le scandale des Panama Papers, fait l'objet d'une enquête du parquet national financier (PNF), après l’ouverture d’une information judiciaire pour cause de soupçons de fraude fiscale, de fraude fiscale aggravée et de blanchiment, le 27 septembre. Plusieurs perquisitions avaient eu lieu en février 2019 au centre d’entraînement des joueurs du FC Nantes, ainsi qu’au siège parisien de Vivacy et au domicile de Waldemar Kita. A ce jour, le fondateur de Vivacy n’a pas été mis en examen.

Sur le même sujet

A lire aussi