Vivendi fait rentrer Pershing Square chez Universal Music

le 04/06/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

vinyle 33 tours de Queen produit par Universal Music Group
(Vinyle de Queen produit par Universal. Photo UMG.)

Vivendi a confirmé vendredi négocier la cession de 10% du capital de sa maison de disques Universal Music Group (UMG) à Pershing Square Tontine Holdings, le véhicule d'investissement coté en Bourse (Spac) du milliardaire William Ackman lancé en juin 2020.

Ces informations avaient été précédemment rapportées par le Wall Street Journal, qui citait des sources proches du dossier.

« Cette opération serait réalisée sur une base de valeur d'entreprise de 35 milliards d'euros pour 100% du capital d'UMG, sous réserve de l'autorisation donnée par les actionnaires de Vivendi, lors de la prochaine assemblée générale du 22 juin 2021, de distribuer 60% du capital d'UMG et de coter l'entreprise », a indiqué Vivendi dans un communiqué.

Vivendi a lancé en février dernier le processus de scission d'UMG, dont la cotation à la Bourse d'Amsterdam est prévue au plus tard le 27 septembre prochain. « Préalablement à la distribution de 60% du capital d'UMG aux actionnaires de Vivendi, le groupe analyse l'opportunité d'une vente de 10% de ses actions UMG à un investisseur américain ou celle de procéder à une offre au public d'au moins 5% et jusqu'à 10% du capital d'UMG », indiquait le groupe le mois dernier dans un communiqué.

« Les fonds Pershing Square et leurs filiales ont indiqué qu'ils pourraient acquérir une exposition économique supplémentaire à UMG en acquérant des titres Vivendi et/ou en acquérant des titres UMG à la suite de la distribution d'actions UMG par Vivendi », a précisé Vivendi.

Vivendi, qui a déjà cédé 20% du capital d'UMG à un groupement d'investisseurs mené par le géant chinois de la technologie Tencent, compte utiliser la trésorerie issue des différentes opérations impliquant sa filiale pour réduire sa dette financière ainsi que pour financer des rachats d'actions et des acquisitions.

Le fonds activiste Bluebell conteste les modalités de cette scission.

Au premier trimestre de cette année, UMG a réalisé un résultat net de 135 millions d'euros, contre 89 millions d'euros un an plus tôt. Son résultat opérationnel (Ebit) a atteint 322 millions d'euros sur la période, contre 248 millions d'euros au premier trimestre de 2020.

A lire aussi