Instacart et DoorDash préparent leurs cartes de crédit

le 08/04/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les deux groupes de livraison de produits alimentaires à domicile y adjoindraient des programmes de fidélité.

Deux des plus grands gagnants de l’explosion de la livraison de produits alimentaires à domicile fourbissent leurs armes pour lancer leurs propres cartes de crédit aux Etats-Unis. Mais les banques, loin d’être concurrencées, pourraient bien y trouver leur compte.

Instacart a déjà retenu la banque d’investissement JPMorgan Chase & Co, pour délivrer une carte de crédit qui attribuera des points de fidélité à ses utilisateurs réguliers, rapporte le Wall Street Journal, citant des sources proches. Son concurrent DoorDash, spécialisé dans la livraison de repas à emporter, travaille aussi au lancement de ses propres cartes de crédit dotées d’un programme de fidélité. Il a reçu des offres de plus d’une dizaine de banques – dont JPMorgan - et de fintechs, telle Deserve, poursuit le quotidien financier.

La carte de crédit Instacart ne devrait pas être lancée avant l’année prochaine. Ses détenteurs «devraient obtenir 5% de cashback [réductions chez des marchands partenaires] sur leurs achats», selon le WSJ.

Pour sa part, Doordash recrute aussi des restaurants et magasins partenaires pour offrir des points de fidélité. Avec son programme de fidélité, DashPass, ses clients paieraient environ 10 dollars par mois pour éviter des frais de livraison sur leurs commandes.

Les deux firmes basées à San Francisco ont vu leurs commandes exploser ces derniers mois. Les consommateurs hésitaient à sortir durant la pandémie de Covid-19, préférant passer commande depuis leurs téléphones pour se voir livrer en biens essentiels sur le pas de leur porte.

Les banques, pour leur part, voient dans ces nouveaux partenariats «une manière de se diversifier, au-delà des cartes de crédit cobrandées liées aux voyages», souligne le quotidien. En se greffant à Instacart et DoorDash, elles pourraient attirer de nouveaux segments de clientèle.

D’autant que leurs partenariats avec les voyagistes, qui leur amenaient traditionnellement des consommateurs aisés et dépensiers, ne sont plus porteurs, à l’heure où les voyages et le tourisme sont à l’arrêt en raison de la pandémie de Covid-19.

JPMorgan était déjà exigeant dans le choix de ses partenaires. Beaucoup sont des compagnies aériennes et des hôtels, mais il délivre aussi des cartes de crédit cobrandées, aux Etats-Unis, pour le géant de l’e-commerce Amazon, et pour la chaîne de cafés Starbucks.

C’est dans la même logique que la banque d’investissement Goldman Sachs avait annoncé début 2019 lancer une carte de crédit avec le géant de la tech Apple.

Sur le même sujet

A lire aussi