Paris et Berlin veulent libérer les entreprises de l’oligopole du cloud

le 04/06/2020 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les ministres français et allemand de l'économie annoncent ce jeudi le lancement de Gaia-X, une place de marché européenne de services de stockage de données.

cloud computing
Le projet franco-allemand Gaia-X veut créer une place de marché européenne de services de cloud pour les entreprises.
(image Wynn Pointaux de Pixabay)

La crise du Covid-19, qui a contraint de nombreuses entreprises à travailler à distance, a un peu plus démontré le caractère stratégique des infrastructures informatiques de cloud. Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire et son homologue allemand Peter Altmaier officialiseront ce midi le lancement de Gaia-X, une initiative franco-allemande visant à créer une place de marché européenne de services de cloud pour les entreprises.

«Les entreprises sont aujourd’hui freinées par un phénomène de verrouillage qui rend difficile le changement de prestataires de cloud, quel que soit le fournisseur. Gaia-X proposera un catalogue d’offres de services de stockage de données qui respecteront un certain nombre de principes et de standards», indique une source du ministère de l’Economie. Pour pouvoir être présente sur la place de marché, l’offre devra par exemple autoriser un changement de fournisseur. Elle devra aussi respecter le règlement sur la protection des données (RGPD) et être contractuellement transparente.

Cette plate-forme sera gérée par une association de droit belge, réunissant à sa création 22 membres fondateurs, 11 français et 11 allemands, publics et privés. Les groupes Atos, Dassault Systèmes, EDF, OVH, BMW, Deutsche Telekom font partie de ces fondateurs privés. Chacun apportera 75.000 euros afin de constituer un capital de lancement de 1,5 million d’euros. D’autres pays européens sont appelés à rejoindre l’initiative. «La gouvernance devra rester européenne, la logique de bloc est importante», insiste Bercy.

Si Gaia-X sera ouverte aux Gafa, Amazon et Microsoft en tête, les deux premiers groupes mondiaux de cloud - «à condition qu’ils respectent les principes de la place de marché», explique cette source - la plate-forme vise tout de même à affranchir les entreprises européennes de l’oligopole actuel du cloud. «Sans Gaia-X, les acteurs européens du cloud ont également peu de chance de percer sur ce marché», ajoute une autre source ministérielle.

L’association sera mise sur pied en septembre prochain pour un lancement de ses services début 2021. Gaia-X est complémentaire des autres initiatives nationales lancées par plusieurs Etats européens, comme la France qui prévoit d’annoncer au second semestre le résultat de ses travaux sur la création d’un cloud souverain.

Sur le même sujet

A lire aussi