Schlumberger passe 12 milliards de dollars de dépréciations

le 18/10/2019 L'AGEFI Quotidien / Edition de 18H

Schlumberger bénéficie de la faiblesse du cours des hydrocarbures qui élargit les possibilités de croissance externe dans l’exploration pétrolière.

Le Français Olivier Le Peuch, nommé à la direction générale de Schlumberger en juillet dernier, passe les comptes du numéro un mondial des services pétroliers à la paille de fer. Le groupe américain a enregistré dans ses comptes du troisième trimestre 12,7 milliards de dollars de dépréciations, dont 8,8 milliards pour les seules survaleurs en grande partie liées aux acquisitions de Smith International en 2010 et de Cameron en 2016. Le solde provient d'une dépréciation des actifs de pompage pressurisé nord-américains, pour 1,57 milliards de dollars, et d'une dépréciation de 1 milliard d'actifs intangibles.

Avec cette charge exceptionnelle, les résultats de Schlumberger virent logiquement au rouge. La perte nette atteint 11,38 milliards de dollars. Du jamais vu pour le groupe américain.

Retraité de cette charge, le résultat net redevient positif, à 596 millions de dollars, au-dessus des attentes des analystes, ce qui explique la hausse de 2%.

Sur le même sujet

A lire aussi