Elon Musk discute avec le fonds souverain saoudien pour racheter Tesla

le 14/08/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Dans un message, le PDG du fabricant de voitures a expliqué hier son projet, qui serait financé en fonds propres uniquement.

La Tesla d’Elon Musk envoyée dans l’espace avec Starman au volant.
La Tesla qu’Elon Musk a envoyée dans l’espace, avec Starman au volant.
(SpaceX)

Le PDG et premier actionnaire de Tesla, Elon Musk, a apporté quelques précisions hier sur l’énigmatique projet de rachat du fabricant de voitures électriques dévoilé la semaine dernière dans un simple tweet. Dans un long message publié sur le blog du groupe américain, Elon Musk révèle avoir eu de nombreux contacts avec le Public Investment Fund, le fonds souverain saoudien, au sujet d’un retrait du groupe de la Bourse.

Elon Musk explique notamment ses raisons d’affirmer, dans son tweet du 7 août, que le financement d’un tel projet était «sécurisé». Il affirme que le fonds saoudien l’a contacté à plusieurs reprises depuis près de deux ans au sujet d’un retrait de la cote et qu’une réunion organisée fin juillet lui avait donné l’impression que son directeur était impatient de se lancer dans le projet. «J’ai quitté la réunion du 31 juillet convaincu qu’un accord avec le fonds souverain saoudien pouvait être finalisé et qu’il s’agissait simplement de mettre le processus en route. C’est pourquoi j’ai parlé de “financement sécurisé” lors de l’annonce du 7 août», écrit le dirigeant.

«Je continue d’avoir des discussions avec le fonds saoudien», poursuit-il, disant avoir aussi des discussions avec d’autres investisseurs. Son idée n’est pas de racheter les participations de tous les actionnaires actuels de Tesla. Seuls ceux qui le souhaitent pourraient vendre leurs actions au prix, envisagé par Elon Musk, de 420 dollars par titre. Dans l’absolu, le fondateur de Tesla explique vouloir que les deux tiers des actionnaires actuels restent engagés au capital. «C’est quelque chose que j’ai toujours souhaité faire parce que j’aimerais que Tesla conserve un actionnariat diversifié.»

Ce schéma aurait l’avantage de limiter les fonds propres nécessaires pour réaliser l’opération, sachant que, comme le reconnaît Elon Musk lui-même, il «ne serait pas sage d’alourdir considérablement la dette de Tesla». L’opération ne serait donc pas un LBO à proprement parler comme envisagé la semaine dernière. «Par conséquent, les rapports indiquant qu’il faudrait plus de 70 milliards de dollars pour que Tesla devienne une société privée surestiment considérablement le montant réel de la levée de fonds nécessaire», ajoute le dirigeant. Selon lui, le fonds souverain saoudien aurait ainsi les moyens de financer l’opération.

Elon Musk dit vouloir mener à bien ces discussions «avant de présenter une proposition détaillée à un comité indépendant du conseil d’administration».

Sur le même sujet

A lire aussi