EDF Invest et Ardian font cause commune pour la première fois

le 11/09/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les deux investisseurs ont acquis 50% du capital de Géosel, la société qui stocke un tiers des réserves stratégiques d'hydrocarbures françaises.

Associés pour la première fois, EDF Invest et Ardian viennent de mettre la main sur un actif énergétique français unique et pourtant très peu connu. Les deux investisseurs ont acquis auprès de Total la majorité du capital (50% plus une action) de Géosel, la société qui gère le principal site de stockage d’hydrocarbures (pétrole brut, essence, fioul…) en France. Le montant de l’opération s’élève à 265 millions d’euros.

Situé à Manosque, il conserve à plusieurs centaines de mètres de profondeur, dans des cavités artificielles forées dans une formation salifère, 9 millions de mètres cubes d’hydrocarbures, soit l’équivalent des capacités de stockage de l’Espagne. En fonctionnement depuis 1969, Géosel est un actif majeur: un tiers des réserves stratégiques d’hydrocarbures de la France y sont stockées. Selon la réglementation, et pour des questions d’indépendance énergétique, les groupes pétroliers doivent garantir en permanence 90 jours de consommation d’hydrocarbures à la France.

«Il s’agit d’un actif qui correspond parfaitement à la notion d’infrastructure essentielle. En plus de son caractère stratégique, le site se différencie de ses concurrents situés en surface. Cela le rend plus sûr, plus performant et moins coûteux», explique Guillaume d’Engremont, managing director d’EDF Invest, la structure du producteur d’électricité chargée de faire fructifier une partie des actifs destinés à couvrir ses provisions de démantèlement de ses installations nucléaires.

Rémunérés sur les volumes stockés et sur la quantité d’hydrocarbures qui circule sur son réseau de transport, notamment vers les raffineries de l’étang de Berre, Géosel offre une grande visibilité. «La Sagess (le groupement des pétroliers, NDLR) représente plus de 80% de son chiffre d’affaires à travers des contrats de long terme qui vont jusqu’en 2037. La visibilité est renforcée par la nature du client, qui bénéfice d’un soutien en dernier ressort de l’Etat», indique Guillaume d’Engremont.

Ce modèle «rend son activité peu volatile et relativement décorrélée de la consommation quotidienne d’hydrocarbures», appuie Mathias Burghardt, responsable infrastructure chez Ardian. Les deux fonds, qui se disent complémentaires, n’excluent pas de renouveler leur coopération dans d’autres dossiers.

A lire aussi