Alcatel-Lucent et Nokia améliorent leur marge à quelques mois de leur mariage

le 31/07/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les résultats trimestriels des deux équipementiers télécoms ont surpris par leur bonne tenue. La parité d’échange ne devrait pas être révisée.

A quelques mois de leur mariage, Alcatel-Lucent et Nokia se parent de leurs plus beaux atours. Pour la première fois depuis 2006, l’équipementier télécoms français se targue d’avoir dégagé un cash flow libre positif (hors charges de restructuration) au deuxième trimestre. Si Alcatel-Lucent reste toujours en pertes et enregistre un recul de 9% de ses revenus à changes constants, sa marge brute progresse de 2,2 points à 34,8%. Un «tournant» pour Michel Combes, son directeur général, qui estime l’entreprise «sur la bonne voie pour achever son redressement d’ici la fin de l'année».

De son côté, le groupe finlandais a renoué avec les bénéfices sur le trimestre pour ses activités poursuivies, tandis que sa marge brute gagne 2,7 points à 46,7%. Surtout, sa division équipements de réseaux a fortement rebondi, avec une hausse de 6% de ses ventes et une progression de 11% de son résultat opérationnel, soit une marge de 11,5%, contre 10,9% un an plus tôt. Nokia récolte ainsi les fruits de son changement de politique en se concentrant sur des contrats plus rentables au lieu de jouer l’effet volume avec des contrats peu margés en Chine.

Ces performances opérationnelles ont permis à Alcatel-Lucent de rebondir de 5,64% à 3,45 euros, et Nokia de 7,53% à 6,43 euros. Mi-avril, Nokia avait annoncé le rachat d’Alcatel-Lucent pour 15,6 milliards d’euros, entièrement en titres. Début mai, après la publication des résultats du premier trimestre meilleurs chez Alcatel-Lucent que chez Nokia, Odey Asset Management, qui détient environ 5% du capital du groupe français, avait demandé un relèvement du prix. Aujourd’hui, «rien n’indique que leurs résultats financiers divergent en faveur d’Alcatel Lucent, aussi il y a peu de chances que les termes de l’accord soient renégociés», estime Exane BNP Paribas. Alors que le rapprochement doit être finalisé à la fin du premier semestre 2016, voire plus tôt, a déclaré hier le directeur financier du groupe français, l’Union européenne vient de donner son feu vert à ce mariage.

Par ailleurs, les deux fiancés finissent le toilettage de leur groupe. Ainsi, Alcatel compte annoncer la vente de ses câbles sous-marins dès le troisième trimestre, tandis que Nokia devrait se séparer de Here, sa filiale de cartographie numérique. Selon Reuters, un consortium réunissant Mercedes-Benz, BMW et Audi serait prêt à offrir de 2,5 à 3 milliards d’euros.

A lire aussi