Orange joue la carte française en vendant Dailymotion à Vivendi

le 08/04/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe de média veut faire bénéficier la plate-forme de diffusion de vidéos du contenu produit par ses filiales Universal Music et Canal+.

Orange n’a pas contrarié l’Etat, son premier actionnaire, dans le dossier Dailymotion. Il a choisi de le vendre à Vivendi, qui restait en course avec ProSieben après le retrait de PCCW. Les deux protagonistes ont annoncé hier soir leur entrée en négociations exclusives. La semaine dernière, le ministre de l’Economie Emmanuel Macron avait fermement encouragé l’opérateur télécom à étudier toute piste européenne – remettant indirectement en cause l’intérêt que portait le hongkongais PCCW au numéro deux mondial de diffusion de vidéos.

Selon le schéma retenu, le groupe de média français va acquérir 80% du capital de Dailymotion pour 217 millions d’euros – soit une valeur d’entreprise de 265 millions. Orange conserverait («à sa demande», selon nos informations) 20% de la plate-forme, ainsi qu’un droit de veto sur les questions de l’emploi et de la localisation de la R&D. «Cette opération viendrait répondre à l’objectif d’Orange d’adosser Dailymotion à un partenaire stratégique dans les contenus capable de lui donner les moyens d’accélérer sa croissance», indique l’opérateur, qui affirme avoir multiplié l’audience du site par 2,5 depuis qu’il en est l’actionnaire en 2011. Ce dernier revendique 2,5 milliards de vidéos vues et 128 millions de visiteurs uniques par mois, pour un chiffre d’affaires de 64 millions d’euros.

Vivendi compte sur ses filiales Universal Music et Canal+ pour fournir le contenu. Un tiers de l’audience de Dailymotion provient déja de la musique. Ce soutien ne sera pas de trop pour combler l’écart d’audience avec YouTube – évalué par Vivendi de 1 à 30. «Les contenus d’Universal Music Group et de Canal+ apporteront plus de différenciation à Dailymotion pour lui donner la possibilité d’être autre chose qu’un petit YouTube, indique à L’Agefi Stéphane Roussel, directeur du développement de Vivendi. De son côté, Vivendi avait besoin de cette plate-forme de distribution».

Le rapprochement permettra en outre de créer d’autres sources de revenus, alors que la rentabilité de Dailymotion est inconnue. «Le projet vise à mieux monétiser l’audience de Dailymotion grâce au développement de nouveaux services comme une offre d’abonnement à la musique», ajoute Rodolphe Belmer, le directeur général de Canal+. Selon Reuters, Vivendi étudierait aussi l'opportunité de reprendre le groupe de télévision payante Sky. Une option démentie par Vivendi.

A lire aussi