Air France-KLM prépare une première émission hybride libellée en euros

le 19/03/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La compagnie franco-néerlandaise pourrait refinancer par ce biais une Oceane venant à maturité le 1er avril prochain pour 661 millions d’euros.

Air France-KLM cherche à diversifier davantage son profil de dette. Selon Bloomberg qui se réfère à des sources proches du dossier, le transporteur aérien franco-néerlandais a engagé cinq banques (BNP Paribas, Deutsche Bank, Morgan Stanley, Crédit Agricole et Natixis) pour organiser cette semaine une série de rencontres avec des investisseurs européens afin de tester leur appétit pour une émission d’obligations hybrides en euros.

Cette émission, dont le montant n’est pas encore déterminé, serait pour Air France-KLM la première du genre libellée dans la monnaie unique, sachant que le groupe porte encore au bilan un emprunt subordonné perpétuel en francs suisses émis par KLM au milieu des années 80, suivi en 1999 d’un autre emprunt perpétuel en yens également émis par la compagnie néerlandaise. Ces deux emprunts représentaient au 31 décembre 2014 moins de 6% d’une dette financière brute proche de 9,9 milliards d’euros. Plus de 40% de ce montant est constitué d’emprunts garantis par des actifs aéronautiques, le reste comprenant surtout des titres obligataires classiques et des obligations convertibles (Oceane), à hauteur de respectivement 17% et 15,5%.

Cette opération pourrait servir à refinancer une échéance de dette importante pour le groupe, puisque son Oceane émise en 2009, qui offre un coupon annuel de 4,97%, arrive à maturité le 1er avril prochain pour 661 millions d’euros au total. A la date d’émission de cet emprunt, le groupe avait comptabilisé en capitaux propres 105 millions d’euros pour 556 millions inscrits en dette. Mais au 31 décembre dernier, le montant inscrit en dette représentait 655 millions, le prix de conversion de l’Oceane (11,80 euros) étant bien supérieur au cours de l’action qui s’élevait hier à 7,32 euros.

Le prochain exercice devrait également être chargé en termes de tombées de dette, avec en octobre 2016 une échéance de 606 millions d’euros provenant d’un emprunt obligataire à 6,75%, datant de 2009. A cela s’ajoutera la seconde fenêtre d’exercice d’une option de vente (put) sur l’Oceane émise par Air France en 2005 avec un coupon de 2,75%. Ces titres, qui arrivent à maturité le 1er avril 2020, pourront être remboursés à hauteur de 420 millions d’euros le 1er avril 2016 à la demande des porteurs obligataires.

Il est à noter qu’Air France a conclu fin 2011 avec Natixis sur ces Oceane un contrat de swap qui expirera au plus tard le 1er avril 2016.

A lire aussi