Alcatel-Lucent prépare sa filiale sous-marine à sa prochaine mise en Bourse

le 09/02/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Afin d'améliorer la rentabilité de sa division, le groupe négocie la réorganisation de sa société commune avec Louis Dreyfus Armateurs.

Cela marquera l’une des toutes dernières étapes de la réorganisation d’Alcatel-Lucent engagée par Michel Combes lors de son arrivée à la direction générale de l'équipementier en télécoms en juin 2013. Le groupe a confirmé le projet d’introduction en Bourse de sa filiale Alcatel Submarine Networks (ASN), numéro un mondial de la fabrication et de la pose de câbles sous-marins de télécoms. 

L'augmentation de capital donnera les moyens à ASN de financer la reprise de son activité et sa diversification vers d’autres secteurs, comme l’industrie pétrolière et gazière. Alcatel-Lucent en profitera aussi pour vendre des titres, conformément au plan de cessions d’actifs lancé en 2013 pour un milliard d’euros. Le groupe gardera le contrôle.

Alcatel-Lucent veut profiter de la reprise attendue d’une activité extrêmement cyclique. Entre 2009 et 2013, le chiffre d’affaires d'ASN a chuté de moitié, passant de 825 millions à 410 millions d’euros. Mais la reprise des commandes laisse entrevoir une remontée des revenus. En s’appuyant sur les contrats signés par ASN dernièrement et ceux dans les tuyaux, les analystes de Credit Suisse estiment que le chiffre d’affaires de la filiale pourrait monter à 625 millions d’euros en 2015 et à 825 millions en 2016. Avec un multiple de deux fois le chiffre d'affaires, comme celui de l'américain TE Connectivity, ASN serait valorisée au-delà du milliard d'euros.

Annoncée initialement pour le premier semestre 2015, l’IPO sera décalée dans le courant du second semestre, a indiqué Michel Combes. L’opération nécessite de mettre de l’ordre dans la structure juridique. Actuellement, ASN contrôle les deux tiers des intérêts économiques de sa flotte de navires de pose de câbles, entre des détentions en direct et indirectes via la société commune Alda Marine nouée avec Louis Dreyfus Armateurs en 2000. ASN détient 51% du capital d’Alda Marine. La réorganisation juridique en cours doit lui permettre de prendre 100% du capital d’Alda Marine et de regrouper dans celle-ci l’intégralité de la flotte de navires. Louis Dreyfus Armateurs resterait le partenaire maritime d’Alcatel-Lucent.

Cette simplification juridique permettra d’optimiser la gestion de la flotte et d’améliorer la marge opérationnelle d’ASN. Ce mouvement sera financé grâce à un crédit en cours de négociations avec deux banques, la prise de contrôle en totalité des navires permettant de garantir le financement.

A lire aussi