Détroyat et Associés en Finance veulent étendre leur champ d'action

le 07/01/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le nouveau groupe d’évaluation financière indépendante n’exclut pas de petites acquisitions pour élargir ses compétences.

Le petit monde de l’évaluation financière indépendante a connu fin 2014 son premier mouvement avec le rapprochement entre Détroyat et Associés en Finance. «Nos deux maisons ont une forte culture de marché boursier et d’analyse technique, explique Philippe Leroy, président de Détroyat Associés. Ce rapprochement nous permet d’avoir une taille critique pour répondre aux attentes du marché». D’autant que «l’évaluation indépendante est avant tout un métier de responsabilité et de notoriété», rappelle Sonia Bonnet-Bernard, associée gérante chez Ricol Lasteyrie.

Les deux partenaires réalisent chaque année une cinquantaine de missions d’évaluation, notamment dans le cadre d’opérations de M&A, ou de transfert d’actifs d’une branche à une autre au sein du même groupe.

«Notre outil d’analyse Trival, qui suit plus de 500 sociétés cotées, permet de donner des anticipations sur les marchés boursiers, et surtout nous permet de calculer une prime de risque, élément indispensable pour valoriser une société. Nous sommes les seuls à avoir un tel outil, largement utilisé par le marché», explique Arnaud Jacquillat, associé gérant d’Associés en Finance.

L’expertise indépendante au sens de l’AMF, réservée aux seules offres publiques, «reste un micro-marché, dégageant peu de chiffre d’affaires et ne permettant pas de faire vivre une structure. D’ailleurs, la plupart des acteurs ont également une autre activité (souvent d’audit)», indique Sonia Bonnet-Bernard. Ricol Lasteyrie est aussi présent sur le terrain du conseil en M&A, du support au contentieux, de l'évaluation à des fins de reporting financier, ou encore du commissariat aux apports.

«Nous voulons maintenant renforcer notre présence dans le conseil en dette pour aider nos clients, entreprises ou investisseurs de long terme, à réfléchir à leur structure de bilan à long terme et à leur coût du capital, poursuit Philippe Leroy. Nous ne ferons pas de conseil en gouvernance». Le cabinet reste toutefois associé aux questions de gouvernance, son rapport étant souvent à destination du conseil.

«Nous n’avons pas de shopping list, mais nous surveillons les petites boutiques qui pourraient nous apporter de nouvelles compétences», ajoute Philippe Leroy. Si une concentration à venir des acteurs de l’évaluation indépendante «n’est pas exclue» selon Arnaud Jacquillat, ce rapprochement «ne constitue pas un mouvement de fond du secteur», confie un expert.

A lire aussi