Hachette et Amazon trouvent un accord sur les livres numériques aux Etats-Unis

le 14/11/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La filiale américaine d’Hachette Livre fixera le prix de ses livres numériques et bénéficiera de meilleures conditions si elle les baisse.

La raison a fini par l’emporter. Après un contentieux qui aura duré plus de six mois, Hachette Livres (groupe Lagardère) et Amazon sont parvenus à mettre un terme au conflit qui les opposait sur les conditions de vente des livres de l'éditeur français aux Etats-Unis. Dans un communiqué commun, la filiale américaine d’Hachette et le géant du commerce en ligne ont annoncé la signature d'un accord pluriannuel qui entrera en vigueur au début de l’année prochaine et portera sur les versions imprimées et électroniques des livres édités par Hachette Book Group (HBG).

L’éditeur aura la responsabilité de fixer le prix de ses livres numériques et il bénéficiera de «conditions plus avantageuses» lorsqu’il baissera ses prix pour les lecteurs.

«Ce nouvel accord sera bénéfique aux auteurs de HBG pour les années à venir et assure à HBG le bénéfice des puissants moyens marketing de l'un de nos plus importants partenaires dans la vente de livres», a commenté Michael Pietsch, directeur général de la filiale américaine d’Hachette Livre. Si les détails financiers de l’accord ne sont pas dévoilés, sa signature permettra un retour immédiat à la normale des ventes de livres Hachette sur le site américain d'Amazon. Ces livres «seront mis en avant dans des promotions qui s'annoncent à l'approche de la saison des achats de fin d'année», précise le communiqué.

Pour faire pression sur Hachette pendant les négociations de ce nouveau contrat commercial, Amazon, qui contrôle environ 60% des ventes de livres électroniques, avait réduit ses stocks en provenance d'Hachette et arrêté de prendre des précommandes pour les auteurs édités par HBG. Plus de 900 auteurs américains édités par Hachette, dont des romanciers à succès comme John Grisham ou Stephen King, avaient publié à deux reprises ces derniers mois dans la presse américaine une lettre ouverte où ils se disaient pris en otage et demandaient à Amazon de mettre fin au litige.

Selon James McQuivey, analyste au cabinet Forrester, un accord similaire signé le mois dernier entre Amazon et l’éditeur américain Schuster & Schuster «a mis la pression sur Hachette pour qu’il négocie, faute d’avoir pu rallier sous sa bannière l’ensemble des éditeurs contre le groupe de e-commerce». Il salue l’accord qui vient d’être conclu en jugeant néanmoins que cela aurait pu être fait «voici plusieurs mois».

A lire aussi