La foncière allemande TLG Immobilien prend à son tour le chemin de la Bourse

le 29/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Propriété de Lone Star, la société spécialiste de l'Est du pays vise une IPO cette année, dont le montant pourrait atteindre 500 millions d’euros

La foncière allemande TLG Immobilien a dévoilé vendredi un projet d’introduction à la Bourse de Francfort d’ici à la fin de l’année. La société suit ainsi directement l’exemple de ses concurrentes LEG Immobilien ou Deutsche Annington entrées en Bourse récemment.

Pour le stratégiste actions Matthew Williams chez BlackRock, les foncières allemandes sont «très, très» séduisantes pour les investisseurs, car elles bénéficient de loyers en hausse et de taux d’intérêt faibles. La Bourse de Francfort apparaît très active avec les introductions prévues le mois prochain du distributeur en ligne Zalando et de l’incubateur de jeunes sociétés de commerce électronique Rocket Internet. Ce dernier a d’ailleurs indiqué vendredi qu’il accélérait la procédure en avançant d’une semaine son IPO (la souscription sera close le 1er octobre) du fait d’une «demande exceptionnelle».

Il s’agit pour TLG de tirer parti de cet environnement favorable. C’est l’intérêt bien compris de son propriétaire depuis 2012, le fonds texan Lone Star. Ce dernier a acquis TLG pour 1,1 milliard d’euros auprès de la Treuhand, organisme public chargé de la privatisation des sociétés de l’ex-Allemagne de l’Est.

TLG envisage l’émission d’actions nouvelles pour 100 millions d’euros, sous la houlette de JPMorgan et d’UBS en tant que coordinateurs globaux, épaulées par Kempen & Co, Commerzbank et HSBC. Lone Star s’est refusé à préciser ses intentions, des sources proches avançant que le fonds pourrait viser une cession de ses propres titres à hauteur de 400 millions d’euros.

Le patrimoine d’immobilier commercial (bureaux, boutiques, hôtels) de TLG, devenu dans les années 2000 un gestionnaire immobilier actif au-delà de son périmètre initial, est évalué au 30 juin dernier à 1,5 milliard d’euros (Daimler ou SAP figurent parmi ses dix principaux locataires), pour moitié à Berlin puis surtout à Dresde, Leipzig et Rostock. La foncière entend poursuivre son développement au sein de ces «pôles de croissance» de l’Est du pays.

TLG affiche son intention de distribuer 70 à 80% de son résultat des opérations, qui pourrait atteindre 50 millions d’euros en 2014 (+6,6% à 26 millions au premier semestre). En outre, le rapport entre endettement net et valeur du patrimoine (LTV, loan-to-value), de 47% à fin juin, devrait fluctuer à l’avenir entre 45 et 50%.

A lire aussi