L’Etat impose sa gouvernance chez Air France-KLM

le 25/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le gouvernement a poussé pour une modification du plan qu'il a pourtant voté en conseil d'administration

L’Etat actionnaire n’est pas à une contradiction près. Hier, le Premier ministre, Manuel Valls, et son secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies, ont annoncé l’annulation du plan de développement européen de Transavia, la filiale low-cost d’Air France-KLM. Ce projet faisait pourtant partie intégrante du programme Perform 2020 voté le 4 septembre par le conseil d’administration de la compagnie, qui compte trois représentants de l’Etat. Sous pression, la direction du groupe a évoqué hier soir un projet Transavia «100% pour la France».

Moins ambitieux, le plan d’Air France-KLM deviendrait moins coûteux et moins risqué. Crédit Photo Lindner.
ZOOM
Moins ambitieux, le plan d’Air France-KLM deviendrait moins coûteux et moins risqué. Crédit Photo Lindner.

A lire aussi