Orange récolte les fruits de ses investissements et de ses économies

le 30/07/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’opérateur mise sur son positionnement pour attirer des clients haut de gamme. Il relève son objectif de réduction de coûts de 250 à 300 millions d’euros

Orange récolte les fruits de ses investissements et de ses économies

Une politique qui paye. Grâce à ses investissements, Orange continue à conquérir de nouveaux clients, et grâce à ses réductions des coûts, l’opérateur historique est parvenu à stabiliser sa marge opérationnelle.

En France, Orange a réalisé la meilleure performance de ventes nettes de forfaits mobiles (+146.000) depuis 2010, tandis que la 4G totalise 2 millions de clients, soit un doublement en six mois. Et sur le fixe, l’opérateur a gagné 50.000 nouveaux clients dans la fibre haut débit, soit 415.000 clients en France. «Nous sommes à la fin d’un cycle, les consommateurs sont moins attirés par les offres à bas prix, a souligné Gervais Pellissier, directeur financier d’Orange. Notre activité commerciale a été soutenue, tirée par la qualité de service du réseau. Ceci nous permet d’attirer des clients plutôt haut de marché». Des perspectives de bon augure pour redresser la rentabilité du groupe.

Déjà sur le premier semestre, l’opérateur est parvenu à stabiliser sa marge opérationnelle (Ebitda) à 31,3%. Une performance qui lui permet de confirmer son objectif de 12 à 12,5 milliards sur l’ensemble de l’exercice et une stabilité par rapport aux 30,9% de 2013, après cinq exercices consécutifs de baisse. La seule baisse de 3,7% des coûts d’exploitation (-5,9% pour les coûts directs et -2,4% pour les coûts indirects) a permis de compenser 70% de la baisse du chiffre d’affaires. Au regard des efforts faits, Orange relève son objectif annuel de réduction des coûts indirects de 250 à au moins 300 millions d’euros.

Si le chiffre d’affaires de l’opérateur continue à reculer, en baisse de 3,6% en comparable (-4,9% en données historiques) à 19,6 milliards d’euros, la tendance s’améliore, passant de -3,8% au premier trimestre à -3,4% au deuxième. En particulier en France (49% des ventes), où la baisse passe de -5% à -4,2% d’un trimestre sur l’autre, en dépit de l’agressivité de Bouygues Telecom sur les prix. Cette pression sur le chiffre d’affaires se reflète sur l’Ebitda (-4,3%) et sur le résultat net (-26,3%).

Néanmoins, portée par la confiance des investisseurs sur les perspectives du groupe, l’action Orange a clôturé hier en tête du CAC 40, en hausse de 1,82% à 12,02 euros, rebondissant de 61% en un an.

A lire aussi