Cellectis s’envole en Bourse à l’annonce de sa collaboration avec Pfizer

le 19/06/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le laboratoire américain prendra 10% du capital de la biopharmaceutique et finance sa recherche dans l’immunothérapie contre le cancer

Un pas de géant pour Cellectis! La biopharmaceutique française vient de signer un accord de collaboration mondiale avec Pfizer pour développer des produits d’immunothérapie contre le cancer. Une telle signature est un vrai sésame pour les biotechs à la recherche de partenaires pour financer le développement de leurs produits. Hier, l’action Cellectis s’est envolée de 76,45% à 10,94 euros, soit un retour sur ses niveaux de décembre 2009.

Cellectis touchera un paiement initial de 80 millions de dollars ainsi que des «fonds» pour couvrir les coûts de recherche et développement liés aux 15 cibles choisies par Pfizer et aux quatre cibles sélectionnées par Cellectis (ce dernier travaillera seul sur huit autres cibles). En fonction de l’avancée de ces produits, du développement à la commercialisation, la biopharmaceutique pourra toucher jusqu’à 185 millions de dollars en paiements d’étapes par produit appartenant à Pfizer.

Parallèlement, le laboratoire américain prévoit d’acquérir 10% du capital de Cellectis via une augmentation de capital réservée avec suppression du droit préférentiel de souscription (DPS). Les actions nouvelles seraient émises au prix unitaire de 9,25 euros, soit 49% au-dessus du cours de lundi soir. Cette opération doit auparavant être validée par la majorité des deux tiers des actionnaires de Cellectis réunis en assemblée générale. Pour l’heure, des actionnaires pesant 52,8% des droits de vote se sont déjà prononcés en faveur de cette augmentation de capital. De quoi rassurer sur l’issue de l’opération. D’autant qu’en cas de refus des actionnaires, Pfizer aurait la possibilité de mettre fin à l’accord de collaboration. Fin 2013, le capital de Cellectis était détenu par Pierre Bastid (15% des droits de vote), Bpifrance (15%), et par les fondateurs du groupe, André Choulika et David Sourdive (9,4%).

Déjà en mars dernier, Cellectis avait levé 20,52 millions auprès d’investisseurs institutionnels américains dans le cadre d’une augmentation de capital par placement privé au prix de 5,13 euros par action, ayant entrainé une dilution de 16% des actionnaires.

En février, Cellectis avait signé un accord de collaboration avec Servier. La biopharmaceutique a touché 7,55 millions d’euros à la signature et pourrait percevoir jusqu’à 105 millions d’euros pour chacun des six candidats médicaments, sans compter les redevances sur les ventes des médicaments commercialisés. 

A lire aussi