Générale de Santé s’apprête à passer sous pavillon australien

le 12/06/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Santé SA a signé un accord pour céder ses 83,73% du capital à Ramsay. La famille Attia, qui envisageait une contre-offre, garde le silence

Le sort de Générale de Santé semble scellé. Santé SA vient de signer un accord de cession de ses 83,73% du capital du premier groupe d’hospitalisation en France, au prix de 16,75 euros par action, coupon attaché, à son concurrent australien Ramsay associé à Crédit Agricole Assurances.

Une offre conforme à celle annoncée le 12 mai dernier, lors de l’ouverture d’une période de négociations exclusives, prolongée du 6 au 10 juin. Ce prix ressort en dessous du cours d’hier de 17,09 euros (-0,47%), alors que le coupon de 0,75 euro ne sera détaché qu’en juillet.

Le marché semblait croire à une bataille autour de Générale de Santé. La semaine dernière, la famille Attia, qui détient plus de 11% du capital du groupe, a déclaré envisager une contre-offre à un prix supérieur. Hier, elle était injoignable pour préciser ses intentions.

Santé SA percevra un dividende de 0,75 euro par action et cédera ensuite ses titres au prix unitaire de 16 euros à Ramsay Health Care et à son partenaire Crédit Agricole Assurances. Santé SA touchera 35 millions d’euros au titre du dividende et 753 millions pour la cession de ses actions. Une manne qui lui permettra de rembourser intégralement sa dette de 385 millions d’euros, à fin mars 2014.

A l'automne, l’initiateur lancera une offre publique d’achat simplifiée (OPAS) sur les minoritaires, mais compte conserver la cotation. Auparavant, Ramsay devra obtenir l’accord du gouvernement français, la santé faisant partie des secteurs protégés selon le décret du 14 mai dernier. L’offre devrait être finalisée au quatrième trimestre 2014.

Ramsay déboursera 429 millions d’euros pour sa quote-part de 57%, soit environ 47% du capital de Générale de Santé. Au maximum, il pourrait débourser 515 millions d’euros, pour détenir 57% du groupe français à l’issue de l’OPAS. Soit un multiple d’Ebitda 2015 inférieur à 8 fois, précise Ramsay. L’acquéreur, qui financera l’opération uniquement par dette, atteindra un ratio dette nette sur Ebitda d’environ trois fois au 30 juin 2014.

Avec cette acquisition, Ramsay détiendrait 115 établissements (75 provenant de Générale de santé) en France et 15.400 lits, et serait le premier acteur privé, avec 14,7% du marché loin devant Vitalia (contrôlé par Blackstone), avec 8,8% du marché, et Medi Partenaires (qui vient d’être racheté par Médipôle Sud Santé et Bridgepoint) avec 8,6% du marché.

A lire aussi