Bpifrance s’attaque aux problèmes de financement des immatériels des PME-ETI

le 21/03/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque publique est prête à mobiliser 2 milliards d'euros cette année pour amplifier le mouvement de reprise espéré des investissements

Bpifrance cherche à entretenir la timide perspective de reprise de l’investissement en France récemment mesurée par l’enquête de l’Insee auprès des chefs d'enteprises. La banque publique va mobiliser 2 milliards d’euros en 2014 pour financer les besoins en investissements immatériels des PME-ETI, souvent mal satisfaits par l’offre bancaire actuelle.

Plus de 85% des 415 entreprises interrogées récemment par Bpifrance reconnaissent rencontrer des difficultés à trouver un financement pour leurs projets d’investissements immatériels.

«L’immatériel est souvent difficile à évaluer, à quantifier, et les banques ne savent pas toujours très bien ce qu’elles financent alors que ces investissements n’offrent aucune sûreté, hypothèque ou nantissement», explique Joël Darnaud, directeur exécutif en charge du financement de Bpifrance. Ces investissements recouvrent différents types de dépenses: accompagnement des investissements corporels, comme la formation; dépenses d’installation ou de recrutement lors d’un développement à l’export par exemple; dépôt de brevets ou certification; marketing ou communication…

D’ordinaire, et compte tenu de la plus grande réticence des banques à prendre ces risques à l’approche de la mise en œuvre des nouvelles règles prudentielles, ces investissements sont souvent autofinancés par les entreprises. «Mais, après cinq années de crise, les fonds propres et la trésorerie des PME-ETI sont parfois asséchés», craint Joël Darnaud. Or, la reprise économique risque de tendre un peu plus la situation et pourrait, paradoxalement, entraîner des difficultés financières.

Les prêts de développement ouverts par Bpifrance sont extrêmement souples. D’une maturité de 7 ans, ils bénéficient d’un différé de remboursement de deux ans. Ils ne sont conditionnés à aucune garantie, ni sur les actifs de l’entreprises, ni sur le patrimoine du dirigeant, et ne contiennent pas de covenants. Ils ne pourront toutefois être obtenus qu’en accompagnement de prêts bancaires ou d’un investissement en fonds propres d’un montant équivalent fournis par Bpifrance et ses co-investisseurs.

A l'horizon 2017, Bpifrance espère avoir engagé 3 milliards d'euros pour les immatériels.

A lire aussi