Orpea part à la conquête du marché de la dépendance en Chine

le 12/09/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le leader français devrait y ouvrir son premier établissement, haut de gamme, fin 2014. Sa marge d’Ebitdar atteint un record au premier semestre

Orpea part à la conquête du marché de la dépendance en Chine - Photo : Fotolia

La Chine, un pays d’avenir pour les acteurs de la dépendance. Lors de la présentation de ses résultats semestriels, Orpea, le leader français des maisons de retraite, n’a pas caché ses ambitions. Avec une explosion de la demande (45 millions de Chinois auront plus de 80 ans en 2025) et une offre très restreinte, le potentiel est immense. D’autant que les autorités chinoises sont très favorables à l’arrivée d’opérateurs étrangers.

«Le gouvernement allégera les formalités administratives et les coûts pour stimuler l’investissement étranger dans des structures de soins privées, comme il est commun dans les pays occidentaux», a déclaré le Premier ministre chinois le mois dernier. Une société détenue à 100% par des capitaux étrangers pourra donc développer des maisons de retraite.

Orpea est déjà en cours de création d’une Wofe (Wholly Owned Foreign Enterprise). Le groupe français se concentrera sur la grande dépendance, haut de gamme, avec des services adaptés à la culture et à la médecine chinoises, sans investir dans l’immobilier. Un développement qui devrait être fortement créateur de valeur. «Nous avons plusieurs projets entre 80 et 150 lits [notamment à Shanghai et à Pékin], pour un chiffre d’affaires de 4 à 10 millions d’euros par établissement, explique le docteur Jean-Claude Marian, président non exécutif. Nous espérons ouvrir le premier établissement en fin d’année prochaine; ensuite le rythme peut être assez rapide». Le forfait journalier pourrait atteindre 150 à 250 euros, contre 75 euros en moyenne pour le groupe aujourd’hui.

Les résultats d’Orpea n’ont pas déçu avec une marge d’Ebitdar (Ebitda avant charges locatives) historique à 26,9% (+140 points de base et +80 pb hors CICE). Lundi, Medica avait annoncé une hausse de 120 pb à 27,4%. Si le crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) a permis un allègement net de 4,5 millions d’euros sur les charges sociales, il ne compense pas la hausse de 5,1 millions d’impôts complémentaires (+1,8 million de CVAE, 1 million de taxe sur les dividendes et 2,3 millions de non-déductibilité d’impôts), précise le directeur général,Yves Le Masne.

Pour 2013, le groupe maintient son objectif de hausse de 12% de son chiffre d’affaires à 1,6 milliard, (+14,3% au premier semestre). Les marges du second semestre devraient être assez proches de celles du premier semestre, traditionnellement elles sont mêmes supérieures, rappelle Orpea.

A lire aussi