L’Oréal se dit prêt à racheter la participation de Nestlé l’an prochain

le 30/08/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe, dont la trésorerie nette dépasse 1,2 milliard d’euros à fin juin, pourrait monétiser sa part dans Sanofi estimée à 9 milliards

L’Oréal a les moyens de racheter les 29% de son capital détenus par Nestlé, que le groupe suisse sera libre de céder à partir d’avril prochain. C’est le message envoyé par Jean-Paul Agon, PDG du leader mondial des cosmétiques, dans un entretien aux Echos à paraître aujourd’hui. Ces propos font suite aux déclarations de Peter Brabeck, président du conseil d'administration du géant alimentaire. Ce dernier a fait savoir mercredi qu’il ne prolongerait pas l’accord de préemption liant Nestlé à la famille Bettencourt, qui contrôle 30,5% du groupe de cosmétiques.

Le groupe français se déclare ainsi candidat au rachat de ses propres actions pour environ 22 milliards d’euros. «Le groupe n’est pas endetté. Il a une trésorerie positive, qui va à nouveau progresser cette année. Son cash flow est positif et L’Oréal détient une participation dans Sanofi, dont il a toujours dit qu’elle était financière et pas stratégique», indique Jean-Paul Agon au quotidien économique. Cette part a une valeur de marché d’environ 9 milliards d’euros. Quant à la solidité financière du groupe, elle se traduit par une trésorerie nette de plus de 1,2 milliard d’euros au 30 juin et des capitaux propres qui atteignent près de 71% du total de bilan.

Le sujet sera sans nul doute abordé ce matin lors d'une conférence que tiendra Jean-Paul Agon, au lendemain de la publication d’un résultat d’exploitation semestriel «record» de 2 milliards d’euros, conforme aux attentes des analystes. Ce résultat correspond à une progression d’un demi-point de la marge d’exploitation qui atteint 17,4%, la rentabilité de la branche cosmétique, qui représente l'essentiel des ventes, ayant augmenté de 0,8 point à 18,4%. La marge brute d’autofinancement a progressé de 7,8% à 2,1 milliards d’un an sur l’autre.

Grâce à sa position dans les émergents, «la compétitivité du groupe s'est encore améliorée, se traduisant par des gains de parts de marché dans l'ensemble des divisions et des zones», a souligné le PDG de L’Oréal. Si la croissance du marché mondial des cosmétiques «continue à être dynamique», elle a néanmoins ralenti par rapport à 2012, a relevé de son côté le directeur de la communication financière, Thierry Prévot, en estimant désormais cette croissance entre 3,5% et 4% pour l’ensemble de 2013. Cela n’entame pas la confiance du groupe en sa capacité à réaliser «une nouvelle année de croissance du chiffre d’affaires, des résultats et de la rentabilité».

A lire aussi