Les autorités britanniques brisent les dernières ambitions de Ryanair sur Aer Lingus

le 29/08/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Alors que l'Europe a bloqué la fusion, la Commission de la concurrence demande à la compagnie de ramener sa participation au capital de 29,8% à 5%

Nouveau coup dur pour Ryanair. Déjà empêchée par la Commission européenne de racheter Aer Lingus, la compagnie aérienne irlandaise risque de devoir ramener sa participation au capital de sa compatriote de 29,8% à 5% selon une exigence de la Commission de la Concurrence britannique. Comme elle l'avait déjà estimé fin mai dans une décision préliminaire, la Commission pense que cette participation représente un danger pour la concurrence sur les lignes aériennes entre la Grande-Bretagne et l'Irlande.

«Nous considérons qu'il existe une tension entre le rôle de Ryanair comme concurrent et son rôle comme le plus gros actionnaire d'Aer Lingus et que Ryanair est encouragée à affaiblir l'efficacité concurrentielle de sa rivale», a expliqué Simon Polito, président du groupe d'enquête. Outre la réduction de sa participation, Ryanair ne devra pas chercher à obtenir ni accepter de siège au conseil d'administration d'Aer Lingus et ne devra pas acquérir d'actions à l'avenir, ajoute la Commission. Par ailleurs, la Commission estime qu’avoir un actionnaire à 29,8% empêche Aer Lingus d’être rachetée par une autre compagnie aérienne, voire simplement de nouer des alliances. Aer Lingus s’est félicitée de la décision de la Commission car «il était inacceptable que notre principal concurrent puisse rester notre actionnaire à hauteur de 29,82% et interférer avec nos affaires», a déclaré son président Colm Barrington.

«Cette approche préjudiciable vis-à-vis d'une compagnie irlandaise est très dérangeante de la part d'une agence du gouvernement anglais (sic) qui se considère comme un modèle d'autorité de la concurrence», a tempêté Michael O'Leary, le fondateur de Ryanair. Il a annoncé sa volonté de faire appel d’une décision «injuste» et «illégale». La procédure pourrait durer plusieurs années.

Le président de Ryanair s'étonne qu'aucun des «remèdes» qu'il avait proposés n'ait été retenu. Ryanair avait notamment annoncé en juillet être prête à céder sa part dans Aer Lingus à toute compagnie de l'Union européenne qui ferait une offre sur cette dernière. Un appel qui n'a suscité aucune manifestation d'intérêt public pour l'instant. La participation de Ryanair vaut environ 270 millions d'euros.

A lire aussi