G. Wyser-Pratte déposera ses résolutions malgré l'opposition de PagesJaunes

le 16/05/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'homme d'affaires dispose du nombre d'actions suffisant pour se présenter en AG, malgré le rejet du conseil d'administration du groupe

Le conseil d’administration de PagesJaunes a rejeté sans surprise et à l’unanimité les résolutions de Guy Wyser-Pratte demandant sa nomination, ainsi que celle de son associé Pierre Nollet, au conseil d’administration du groupe. Avec six administrateurs indépendants sur onze, le conseil estime respecter les bonnes pratiques du gouvernement d’entreprise. Pour autant, PagesJaunes ne pourra pas s’opposer à la présentation des résolutions lors de l’assemblée générale du 5 juin. En achetant 0,85% du capital du groupe, Guy Wyser-Pratte s’est positionné juste au-dessus du seuil de 0,84% indispensable pour déposer une résolution chez PagesJaunes.

L’AG du 5 juin promet donc un joli «proxy fight», une bataille de droits de vote. Guy Wyser-Pratte espère d’ici là mobiliser suffisamment d’actionnaires minoritaires pour s’opposer au fonds américain Cerberus, devenu le premier actionnaire de la société de renseignements par le jeu de la restructuration du holding de tête Médiannuaire. L’homme d’affaires estime qu’avec trois administrateurs, Cerberus dispose d’un poids exagéré au conseil alors que les autres actionnaires n’ont aucun représentant direct, sinon les indépendants.

Le combat est pour l’instant disproportionné. Après avoir racheté une grande partie de la dette de Médiannuaire, Cerberus s’est indirectement retrouvé à la tête de 18,49% du capital de PagesJaunes lors de la conversion des créances du holding en actions. Mais son poids est bien supérieur. Profitant opportunément de la disposition sur les droits de vote double dont bénéficiait Médiannuaire du fait de son ancienneté au capital de PagesJaunes, Cerberus contrôle 27,94% des droits de vote. Le fonds n’est pourtant actionnaire du groupe que depuis quelques semaines.

La position des autres créanciers initiaux de Médiannuaire, qui ont également obtenu des actions PagesJaunes lors de la restructuration du holding, fait également s’interroger Guy Wyser-Pratte. Tous les créanciers devenus actionnaires contactés ont indiqué qu’ils ne pouvaient pas suivre l’action de Guy Wyser-Pratte.

Ce qui laisse supposer que l’accord privé de restructuration conclu entre les différents créanciers et les actionnaires originels de Médiannuaire, KKR et Goldman Sachs, contient une clause de vote dans la même direction que Cerberus. Ce qui renforce encore le contrôle du fonds américain.

A lire aussi