L'arrêt du dividende sème le doute chez les investisseurs hybrides de KPN

le 24/04/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'opérateur néerlandais ne versera finalement pas de dividende pour 2013 et 2014. L'action a encore baissé. Les titres hybrides aussi

KPN met un peu plus à l’épreuve la patience de ses actionnaires. En plus d’une chute de 12% de son résultat brut d’exploitation au premier trimestre 2013, et du lancement imminent de son augmentation de capital de 3 milliards d’euros, l’opérateur de télécoms néerlandais a annoncé hier la suppression pure et simple de son dividende cette année et en 2014. Après plusieurs entailles ces derniers mois, le groupe n’était certes plus le gros pourvoyeur de dividendes qu’il avait été par le passé. Mais en début d’exercice, la direction avait tout de même promis de distribuer pour 2013 et pour 2014 un coupon annuel de 0,03 euro par action. La suppression du dividende n'avait pas été annoncée il y a dix jours lors de l'assemblée générale.

Résultat, le cours de l’action KPN a plié hier de 0,63% à 2,69 euros, portant à 27% sa chute depuis le début de l’année, la plus mauvaise performance de tout l’indice européen Stoxx des télécoms. Le groupe néerlandais a versé l’an dernier 979 millions d’euros de dividende. En 2011, le montant s’élevait à 1,2 milliard.

Le sacrifice du dividende a également semé le doute dans l’esprit des obligataires qui avaient souscrit en mars à une émission de dette hybride d’un montant total de 2 milliards d’euros. «La direction a assuré qu’elle compte toujours payer les coupons, mais il est légitime pour les investisseurs de réévaluer leurs titres», indiquent les stratégistes crédit de Mizuho. Les titres de la ligne de dette hybride en euro, qui avaient permis à l’opérateur de lever 1,1 milliard d’euros, perdaient hier 23 points de base.

Les modalités de l’augmentation de capital seront précisées dans les prochains jours. America Movil, le groupe de l’homme d’affaires mexicain Carlos Slim, premier actionnaire de KPN avec 28%, a réaffirmé sa volonté de participer à l’opération. Une mise à contribution qui pourrait coûter 840 millions d’euros environ à l’opérateur mexicain. Mais celui-ci a peu d’autres choix. Entré il y a un peu moins d’une année par surprise au capital de KPN, America Movil a depuis vu son bloc perdre les deux tiers de sa valeur.

KPN a besoin de ces fonds propres pour restaurer ses ratios de dette. A fin mars, le groupe portait 12,5 milliards d’euros de dette nette, soit 2,8 fois son Ebitda (3 fois hors dette hybride). Fin 2013, après l’augmentation de capital, l’opérateur espère avoir réduit son ratio sous la barre de 2,5.

A lire aussi