Total s’interroge sur ses projets dans le sable bitumineux au Canada

le 29/03/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le pétrolier va passer une perte nette de 1,65 milliard de dollars au premier trimestre 2013 après avoir abandonné son projet d’usine Voyageur

Deux ans et demi après l’annonce d’investissements massifs dans les sables bitumineux au Canada, Total réduit la voilure.

Le pétrolier français vient de céder sa participation de 49% dans le projet d’usine (upgrader) Voyageur à son partenaire canadien Suncor Energy pour 515 millions de dollars, à la suite de la décision des deux groupes de suspendre ce projet. «Depuis 2010, la conjoncture a changé considérablement, de sorte qu’il devient difficile de justifier le projet d’usine de valorisation Voyageur sur le plan économique», a déclaré Steve Williams, PDG de Suncor. La production très abondante de condensats – produits par l’exploitation des gaz de schiste – a fait exploser l’offre de diluants destinés aux projets de sables bitumineux, explique Total. Aussi, le projet Voyageur destiné à diluer le bitume n’a plus de raison d’être.

Conséquence de l’arrêt de ce projet, le groupe canadien passera une charge de 140 millions de dollars américains sur son bénéfice net. Compte tenu de tous les investissements réalisés pour ce projet, Total inscrira en perte nette 1,65 milliard de dollars américains dans ses comptes du premier trimestre. Perte qui devrait être compensée par ses autres activités. Au premier trimestre 2012, Total avait dégagé un bénéfice net de 4 milliards de dollars. Le pétrolier français se félicite néanmoins d’économiser ainsi plus de cinq milliards de dollars d’investissement sur les cinq prochaines années.

En décembre 2010, Total et Suncor avaient signé trois accords dans les projets de sables bitumineux canadiens : Joslyn, opéré par Total, Fort Hills et Voyageur opérés par Suncor. Le pétrolier français avait alors déboursé 1,75 milliard de dollars canadiens, en particulier pour contribuer aux coûts passés de Voyageur. A l’époque, l’usine Voyageur devait notamment traiter les productions de bitumes de mines de Fort Hills et de Joslyn avec une capacité de 200.000 barils par jour. Fort Hills devait entrer en production début 2016 et Joslyn en 2017-2018.

Total, qui détient 38,5% de Joslyn et 39,2% de Fort Hills, réfléchit également à la poursuite de ces projets. Le pétrolier français a lancé une batterie d’études techniques et prendra une décision finale d’investissements fin 2013 pour Fort Hills et en 2014 pour Joslyn.

En revanche, le projet Surmont, avec ConocoPhillips, qui produit déjà 26.000 barils de bitume par jour, et le projet Northern Lights, avec Sinopec, sont maintenus.

A lire aussi