Les résultats 2013 d’EADS restent suspendus au bon déroulement du programme A350

le 28/02/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe prévoit une hausse de près de 17% de son résultat d’exploitation cette année, s’il respecte le calendrier de l’A350

EADS prévient le marché. Les résultats du groupe européen d’aérospatiale et de défense devraient continuer à progresser cette année sous réserve du bon déroulement du programme A350. Le futur long courrier d’Airbus doit effectuer ses premiers vols d’essai cet été, afin d’être mis en service au second semestre 2014. «Le programme A350 XWB demeure très ambitieux. Toute modification du calendrier pourrait avoir un impact croissant sur les provisions», explique EADS, ajoutant n’avoir «aucune marge de flexibilité» sur le calendrier. Airbus vient notamment de renoncer à équiper l’A350 de batteries lithium-ion, après les problèmes rencontrés par son concurrent Boeing sur ses 787, et a décidé de revenir aux batteries traditionnelles nickel-cadmium. Ce qui pourrait être source de retards selon certains analystes.

Pour l’heure, EADS table sur un résultat d’exploitation (avant éléments non récurrents) de 3,5 milliards d’euros cette année, après 3 milliards en 2012 (+68%), soit une hausse attendue de près de 17%. Un optimisme, salué par un rebond de 6,53% du titre à 37,14 euros, que n’avait pas encore intégré le marché, le consensus Bloomberg attendant 3,3 milliards d’euros. Si le groupe évoque la possibilité de charges «potentielles» non récurrentes liées à l’A350, il se contente pour le moment des 124 millions d’euros de charges exceptionnelles passées en 2012. Parmi les charges attendues figurent aussi les effets de change, liés au renforcement de l’euro face au dollar. Le groupe table sur 1 euro à 1,35 dollar.

En revanche, le chiffre d’affaires 2013 devrait se contenter d’une croissance «modérée», compte tenu de la baisse des livraisons du très gros porteur A380, en raison des fissures des pieds de nervure des voilures rencontrées l’an dernier. Ce problème pèsera à hauteur d’environ 85 millions d’euros sur le résultat d’exploitation sur la base de 25 livraisons en 2013. Le consensus Bloomberg anticipe une hausse de 2,5% des vente à 57,9 milliards d’euros.

Grâce aux 102 milliards d’euros de prises de commandes de l’an dernier, EADS disposait fin décembre 2012 d’un carnet de commandes global de 566 milliards d’euros, contre 541 milliards un an plus tôt. Pour 2013, Airbus prévoit prudemment d’enregistrer environ 700 commandes brutes (après 914 en 2012) et table sur 600 à 610 livraisons, en progression par rapport aux 588 avions livrés l’an dernier.

A lire aussi