La restructuration du capital de Naturex semble désormais terminée

le 27/02/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La famille du fondateur, décédé en septembre 2012, sort du capital. Le belge Finasucre devient premier actionnaire avec 21% du capital

La nouvelle structure capitalistique de Naturex est désormais en place. Depuis le décès de Jacques Dikansky, fondateur du groupe d’ingrédients naturels d’origine végétale, fin septembre 2012, l’actionnariat du groupe a fortement évolué.

Le groupe belge Finasucre, entré au capital de Naturex en juillet 2011 via SGD, la holding de contrôle de la famille Dikansky, vient d’exercer son droit de préemption en rachetant la totalité de la participation de la famille dirigeante pour un montant non dévoilé. CM-CIC estime le prix «proche de la dernière transaction, l’entrée de Caravelle au capital, sur une base comprise entre 55 et 57 euros» par action. Finasucre, contrôlé par la famille Lippens, détient désormais 98,79% de SGD –le solde étant détenu par quelques membres du comité de direction– soit près de 21% du capital et plus de 27% des droits de vote de Naturex. Le groupe belge confirme «sa volonté de poursuivre son engagement de long terme auprès de Naturex».

Finasucre est désormais de loin le premier actionnaire devant Caravelle (15,4% du capital et 13,6% des droits de vote), entré au capital en décembre dernier par le rachat de la participation de l’espagnol Natraceutical.

Le Fonds stratégique d’investissement (FSI) avait investi 12 millions d’euros le mois dernier dans Naturex, en souscrivant les deux tiers de l’Oceane 2019, tandis que Salvepar (Groupe Tikehau Capital) prenait le dernier tiers.

Ces changements capitalistiques se répercutent sur le conseil d’administration de Naturex. Olivier et Isabelle Dikansky quittent le conseil, qui sera désormais composé du PDG, Thierry Lambert, du patron Amériques-Asie de Naturex, de trois dirigeants de Finasucre (dont un représentant de SGD), de la directrice générale de Caravelle, tandis que la candidature du FSI sera présentée lors de l’assemblée générale du 26 juin prochain.

Dans un marché baissier, l’action cédait hier 2,37% à 60,53 euros, après avoir progressé de plus de 20% en six mois. «Nous estimons que le prix de l’action continuera à croître en ligne avec la confirmation d’une croissance organique soutenue (+6,9% en comparable en 2012 et 6% attendu pour 2013), le début d’un rebond de la marge […] et probablement davantage d’opérations de croissance externe», note Kepler. Toutefois la sortie de la famille Dikansky «devrait progressivement éroder le statut spéculatif de la valeur», conclut CM-CIC.

A lire aussi