Le conflit entre Veolia et EDF paralyse le financement de leur filiale commune Dalkia

le 06/12/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La président de Dalkia a demandé la nomination d'un mandataire ad hoc pour tenter de débloquer la situation avant la fin de l'année

Franck Lacroix, le président de Dalkia, la filiale commune de Veolia Environnement et d’EDF, s’inquiète ouvertement des répercussions du conflit ouvert entre les deux actionnaires sur le fonctionnement et le contrôle de la société. Le dirigeant a indiqué au Figaro avoir demandé la nomination d’un mandataire ad hoc par le tribunal de commerce de Paris «afin d’accélérer les discussions et de trouver une solution avant la fin de l’année». Porté en justice par EDF, le conflit entre les deux actionnaires paralyse le financement de Dalkia International, la filiale du groupe dont la croissance nécessite encore d’importants besoins.

Jusqu'à présent, Veolia assurait seul le financement de Dalkia en apportant plus de 1,8 milliard d’euros par an rien qu’à la branche internationale de la société. Mais depuis avril, le groupe «a indiqué qu’il ne souhaitait plus assurer seul le financement de Dalkia», indique Franck Lacroix. Les banques ayant refusé de se substituer à Veolia, le groupe a proposé une solution de financement interne au prix du marché. Mais les conditions de l’offre ont été refusées par EDF. Ce dernier a fait ses propres propositions de financement pour prendre sa quote-part de 24% mais a exigé en retour un meilleur accès à l’information financière de Dalkia. Depuis, la situation est paralysée.

Stratégique pour EDF, le contrôle de Dalkia et de sa filiale internationale est également important pour Veolia. Jusqu’à présent le groupe consolide en intégration proportionnelle la société de services énergétiques. Il détient directement 66% de Dalkia Holding, EDF possédant le solde, tandis que Dalkia Holding contrôle 75,6% de Dalkia International et EDF 24%. Mais avec l’application dans les comptes 2013 de la réforme de l’IFRS 11 sur les partenariats, Veolia devra changer de méthode de consolidation.

En fonction du niveau de contrôle sur la filiale, déterminé selon différents critères (direction opérationnelle, financement…), les commissaires aux comptes préconiseront l’intégration globale ou la mise en équivalence. Une méthode qui serait négative pour les comptes de Veolia.

Selon le calendrier initial, l’arbitrage du tribunal de commerce sur le contrôle de Dalkia n’interviendra pas avant plusieurs mois. Une première audience de procédure est programmée pour le 21 janvier.

A lire aussi