Paris et Berlin visent la parité au capital d’EADS

le 21/11/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'Allemagne et la France discutent d'une réorganisation du capital d’EADS, dont la note a été maintenue hier par Moody's, qui conduirait chacun des deux pays à détenir 12% du groupe, selon différentes sources. L’opération signifierait que Paris cède environ 3% du capital, ce qui lui rapporterait 600 millions d’euros. Berlin, qui n’est pas actionnaire, devrait débourser plus de 2,5 milliards. Cette réorganisation entraînerait une rupture du pacte d'actionnaires actuel, ce qui faciliterait la sortie à terme des actionnaires privés Lagardère et Daimler.

A lire aussi