L’optimisme revient chez BP dans le sillage de résultats meilleurs que prévu

le 31/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le pétrolier britannique, qui a brillé dans le raffinage au troisième trimestre, relève son dividende intermédiaire de 12,5% à 9 cents par action

Première grande compagnie pétrolière intégrée à publier ses résultats trimestriels, BP a favorablement surpris les investisseurs hier, comme en témoigne la hausse de 4,2%, à 443 pence, de l’action à Londres. Le bénéfice net déclaré a augmenté de 7,8% à 5,4 milliards de dollars en rythme annuel, incitant le groupe britannique à «relever de 12,5% à 9 cents par action le dividende intermédiaire qui devrait être versé le 21 décembre prochain».

Si le bénéfice sous-jacent, hors variations de stocks d’hydrocarbures, a reculé de 5,3% par rapport à l’an dernier à 5,2 milliards, ce montant est supérieur de 28% à celui du consensus et il traduit une progression de plus de 40% d’un trimestre sur l’autre.

Avec 2,26 millions de barils équivalents pétrole par jour (bep/j), la production d’hydrocarbures de BP entre juillet à septembre est comparable à celle du deuxième trimestre et en repli de 3% sur un an. Ce niveau exclut le milliard de bep/j produit par TNK-BP. La cession à Rosneft de sa part de 50% dans la coentreprise «aura un impact dilutif de 3 à 4% sur le bénéfice net», a d’ailleurs précisé Brian Gilvary, directeur financier de BP. Alors que son bénéfice d’exploitation dans l’amont a chuté en rythme annuel de 30,5% à moins de 4,4 milliards, c’est grâce à une activité soutenue dans le raffinage, accompagné d’une marge en hausse de 56% sur un an, que le groupe a enregistré dans l’aval «un bénéfice d’exploitation de 3 milliards de dollars, supérieur de 62% à nos attentes», relèvent les analystes de BoA Merrill Lynch.

Au quatrième trimestre, BP anticipe des volumes et une rentabilité plus faibles dans cette division. Malgré la vente d’actifs en mer du Nord et dans le golfe du Mexique, sa production devrait croître sur la période grâce à la fin des opérations de maintenance saisonnière. 

Le groupe versera d’ici fin 2012 une ultime contribution de 860 millions au fonds spécial de 20 milliards de dollars mis en place en 2010 pour faire face aux conséquences de la marée noire au large de la Nouvelle-Orléans. Sur ce dossier, il espère encore un accord à l'amiable avec les autorités américaines avant le début du procès désormais prévu «fin février 2013».

A l’horizon 2014, BP compte «accroître ses investissements dans l’amont pour stimuler sa croissance dans des activités à plus forte marge et soutenir le rythme de ses découvertes dans l’exploration».

A lire aussi