Bayer s’offre l’américain Schiff pour grandir dans les médicaments sans ordonnance

le 31/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’offre du groupe allemand, qui a par ailleurs confirmé l’ensemble de ses prévisions annuelles, valorise sa cible à 1,2 milliard de dollars

Bayer, qui reste attentif aux «acquisitions stratégiques ciblées» selon son directeur général Marijn Dekkers, a dévoilé hier une offre amicale visant le spécialiste américain des vitamines et compléments alimentaires Schiff Nutrition International. De quoi, selon le dirigeant, «renforcer de façon significative notre présence aux Etats-Unis, premier marché mondial pour les médicaments sans ordonnance et les produits nutritionnels».

A raison de 34 dollars par action, soit une prime de 47% sur le cours de clôture de Schiff vendredi en Bourse de New York, l’offre du groupe allemand valorise sa cible à 1,2 milliard de dollars, l’équivalent de 920 millions d’euros.

Un juste prix au regard de la dynamique des ventes de Schiff dans un segment des produits «over the counter», ou sans prescription, qui suscite l’intérêt des grands groupes pharmaceutiques du fait de la pérennité de ses revenus et en dépit d’une rentabilité inférieure. Le chiffre d’affaires de Schiff, de 259 millions de dollars pour l’exercice clos le 31 mai dernier, devrait progresser selon la société de 43 à 46% pour l’exercice en cours, sous l’impulsion de l’acquisition du spécialiste du renforcement du système immunitaire Airborne. Le prix consenti par Bayer représente tout de même 3,2 fois les ventes 2012-2013 de la cible, dans le haut de la fourchette de 2 à 3 fois observée pour la plupart des transactions comparables.

L’annonce de l’opération, qui pourrait selon Bayer être finalisée dès fin 2012, a été faite hier en parallèle à la publication de résultats trimestriels peu mirobolants, en dépit d’une bonne tenue de l’activité santé dans laquelle se placera Schiff. Bayer n’en a pas moins confirmé l’ensemble de ses objectifs annuels, relevés en juillet. Sur le trimestre écoulé, le chiffre d’affaires a progressé de 12% à 9,7 milliards d’euros, et l’excédent brut d’exploitation courant de 2,2% à 1,85 milliard.

Surtout, Bayer a surpris les observateurs en faisant part d’un résultat net en repli sensible (-18% à 528 millions), sous le coup d’éléments exceptionnels dont une charge de 205 millions visant à couvrir les risques juridiques auxquels doit faire face Bayer concernant sa pilule contraceptive Yaz - Jasmine.

Le groupe table toujours sur une croissance organique de 4 à 5% (39 à 40 milliards) de son chiffre d’affaires sur l’exercice complet, pour une progression de 5 à 10% de son Ebitda courant.

A lire aussi