Apple se tourne vers la croissance externe pour concurrencer Samsung

le 30/07/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Alors qu'un procès crucial s'engage entre les deux géants du mobile, Apple a avalé AuthenTec et aurait engagé des discussions pour racheter Twitter

Apple voit son hégémonie contestée. Selon le New York Times, le concepteur de l’iPhone aurait engagé des discussions ces derniers mois concernant un éventuel rachat de Twitter de manière à acquérir une marque de référence dans les réseaux sociaux, dominés par Facebook. Apple aurait ainsi été prêt à faire une proposition de rachat valorisant le réseau aux plus de 500 millions d'utilisateurs dans le monde à quelque 10 milliards de dollars. Le Wall Street Journal estime même que de telles négociations remontent à un an, alors que les responsables de Twitter ont dit à plusieurs reprises ne pas avoir un besoin pressant de financements supplémentaires, notant que la société dispose d'une trésorerie abondante.

Vendredi, Apple a annoncé le rachat d’AuthenTec qui développe des solutions d'authentification par empreintes digitales pour un montant de 356 millions de dollars, soit 8 dollars par action en trésorerie. Cette opération représente une prime de 58% sur le cours de clôture de jeudi dernier. Les technologies d’AuthenTec sont utilisées dans les téléphones portables de plusieurs des rivaux d’Apple, tels que Samsung, Motorola ou Nokia. L'action d'AuthenTec bondissait vendredi de 64,89% à 8,36 dollars, soit un cours légèrement supérieur à l’offre d’Apple. En 2011, la société a réalisé un chiffre d'affaires de 69,79 millions de dollars, en hausse de 26%, mais reste en perte nette de 10,87 millions, même si cette dernière a été divisée par trois sur un an.

Cette soif de croissance intervient alors que s’ouvre à partir d’aujourd’hui devant un tribunal californien un procès crucial opposant la marque à la pomme à Samsung Electronics, son rival sur le marché mondial des téléphones portables. Les deux groupes risquent gros. Accusé de contrefaçon, Samsung pourrait se voir interdire de commercialiser sa gamme de smartphones Galaxy et ses tablettes informatiques aux Etats-Unis et se voit réclamer 2,3 milliards de dollars. Une somme qui pourrait être triplée si la juge Lucy Koh conclut que Samsung a délibérément violé les brevets déposés par Apple.

Mais Samsung, qui a fait état vendredi d'un bénéfice opérationnel record de 5,9 milliards de dollars au deuxième trimestre confortant ainsi son avance sur Apple, ne compte pas céder aisément. Le groupe coréen espère ainsi prouver durant le procès que «le design du "révolutionnaire" iPhone d'Apple est dérivé des designs d'un concurrent, Sony.»

A lire aussi